Contrat de gestion de la SNCB - Des pistes de travail qui n'ont pas encore été discutées au gouvernement

18/02/16 à 17:05 - Mise à jour à 17:05

Source: Belga

(Belga) La ministre fédérale de la Mobilité, Jacqueline Galant, n'a pas voulu se prononcer jeudi sur les pistes explorées par la SNCB dans le cadre de son futur contrat de gestion. Les dernières informations révélées dans les médias n'ont pas encore fait l'objet d'une discussion au sein du gouvernement, a-t-elle indiqué à la Chambre en réponse à des réponses de Gwenaëlle Grovonius (PS), David Geerts (sp.a) et Jef Van den Berghe (CD&V).

Selon la presse, la SNCB prévoit une hausse durant les quatre prochaines années des billets et abonnements et une variation des prix en fonction des horaires, de la classe et du moment d'achat. Une augmentation de 2% à 4% du prix des abonnements au-dessus de l'inflation est évoquée. La ministre MR a dit sa lassitude devant les fuites régulières dans la presse à propos du futur contrat de gestion. La version du contrat évoquée "n'est pas un document définitif mais la base d'un travail entre techniciens qui n'a reçu aucune validation politique", a souligné Mme Galant (MR). Les discussions en intercabinets, au sein du gouvernement, n'ont d'ailleurs pas encore commencé. La ministre a en outre insisté sur l'ensemble des aspects du contrat de gestion, qui reposera également sur une amélioration de la qualité du service. Aux yeux de l'opposition socialiste, il n'est d'ores et déjà pas question d'accepter une augmentation des tarifs à l'heure où la compagnie des chemins de fer souffre des mesures d'économie du gouvernement. "On ne peut pas demander aux gens de payer plus pour avoir moins", a lancé Mme Grovonius. Le CD&V voit également cette hausse d'un mauvais oeil. "On ne pourra pas accepter qu'en deux temps, trois mouvements, la SNCB se livre à une opération de rattrapage de ses tarifs", a averti M. Van den Berghe. (Belga)

Nos partenaires