Aviel Verbruggen
Aviel Verbruggen
Professeur en énergie et en économie de l'environnement à l'université d'Anvers
Opinion

06/10/14 à 15:07 - Mise à jour à 15:16

Conseils d'un expert pour éviter le plan de délestage

Les familles peuvent éviter l'exécution du plan de délestage de cet hiver en réduisant leur consommation d'électricité. Aviel Verbruggen, spécialiste en énergie et professeur à l'université d'Anvers, prodigue quelques conseils pour mieux s'y préparer.

Conseils d'un expert pour éviter le plan de délestage

© iStock

S'il est possible de prévoir une alimentation d'urgence, généralement un générateur fonctionnant à l'essence ou au diesel, son utilisation est déconseillée aux particuliers. Ces installations peuvent représenter un danger en cas d'installation et d'usage par de non-professionnels. En outre, ces générateurs prennent beaucoup de place et l'évacuation de gaz de combustion, les nuisances sonores et le stockage de carburant peuvent poser problème. Mieux vaut trouver une solution collective pour éviter cette approche coûteuse, dangereuse et déplorable pour l'environnement.

1. La lumière

La lumière figure parmi les priorités (quand il fait noir dehors), même si l'éclairage peut fonctionner beaucoup plus efficacement qu'aujourd'hui. Appliquer des techniques d'éclairage plus efficaces et surtout éteindre la lumière quand personne n'est dans la pièce peut faire économiser beaucoup d'électricité.

2. L'électronique (hi-fi, WiFi, radio, télévision, ordinateur, portable, internet, téléphonie ...)

En contrôlant bien son utilisation d'appareils électroniques, en achetant des appareils efficaces (et sécurisés), et surtout en surveillant l'utilisation de ces appareils en mode actif ou en mode veille.

Comme de nombreux appareils possèdent une batterie (les téléphones, les portables), la communication reste possible pendant quelques heures. Le WiFi local n'est pas disponible en cas de coupure du courant, à moins d'avoir une batterie. En revanche, votre fournisseur de "data" internet est obligé de continuer à fournir ses services en cas d'interruption générale du courant.

3. La force motrice

L'électricité alimente de nombreux moteurs électriques dans un foyer. On retrouve ce type d'électricité dans les micromoteurs (quelques watts) d'appareils électroniques (par exemple pour faire tourner un cd), les moteurs du compresseur du frigidaire (quelques dizaines de watts) et du congélateur, la ventilation (la hotte), les pompes (le chauffage central), la propulsion de la machine à laver ou du sèche-linge ou pour les outils (les foreuses et les scies), l'ouverture de portes, les ascenseurs, les aspirateurs (souvent trop puissants et maintenant limités à 900 watts par l'Union européenne) et les tondeuses.

Il y a moyen d'économiser de la force motrice en installant une capacité adaptée, en utilisant des moteurs plus efficaces à rapidité variable et surtout en évitant l'usage inutile. Certaines utilisations nécessitant une force motrice sont prioritaires (la circulation d'eau dans le chauffage central) mais peuvent également être postposées (par exemple passer l'aspirateur).

4. La chaleur produite par l'électricité

Les appareils nécessitant de la chaleur tels que les bouilloires, les plaques de cuisson, les fours, les lave-linge, les sèche-linge, les fers à repasser, la génération de vapeur dans les saunas, exigent une capacité supérieure à 1000 watts, qui va parfois jusqu'à 5000 watts.

La plupart de ces utilisations sont faciles à postposer. En cas de risque de manque de courant par une soirée hivernale, il vaut mieux laisser uniquement les appareils essentiels branchés.

Conclusion

Pour les ménages, il s'agit donc de distinguer les utilisations prioritaires (la lumière, l'électronique, certaines forces motrices) d'utilisation de second rang (la force motrice moins urgente et de troisième rang (surtout la chaleur).

Un bon examen de son utilisation d'électricité permet d'exclure l'usage inutile, tel que l'éclairage de pièces inoccupées, les écrans allumés que personne ne regarde, le ronronnement de moteurs, etc. Les nouvelles habitations devraient pouvoir structurer leur réseau électrique interne afin de faciliter une classification des différentes utilisations.

Nos partenaires