Conflit israélo-palestinien - Les consignes de tir de l'armée à Gaza mises en cause devant la justice israélienne

30/04/18 à 22:51 - Mise à jour à 22:54

Source: Belga

(Belga) Des ONG israéliennes et palestiniennes ont demandé lundi à la Cour suprême israélienne d'ordonner l'arrêt des tirs mortels de la part de l'armée contre les Palestiniens qui manifestent le long de la frontière dans la bande de Gaza.

Quarante-huit Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le début, le 30 mars, d'un mouvement appelé la "Grande marche du retour". La grande majorité ont été atteints par les balles de soldats postés au niveau de la barrière de sécurité entre Israël et l'enclave. Aucun israélien n'a été blessé durant ces manifestations. Officiellement organisé par la société civile, le mouvement est soutenu par le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle Gaza depuis 2007 et auquel Israël a livré trois guerres. Cinq ONG israéliennes et le Centre Al Mezan pour les droits de l'Homme, basé à Gaza, ont plaidé devant la Cour suprême le fait que le droit international interdisait les tirs mortels contre des manifestants non armés. La réponse écrite de l'Etat d'Israël affirme que les actuels évènements de Gaza ne sont pas des manifestations civiles pacifiques mais "font partie du conflit armé entre l'Etat d'Israël et l'organisation terroriste Hamas". Les soldats ne tirent à balles réelles qu'en dernier recours quand les moyens non létaux ont été épuisés face à des agissements représentant un "danger réel" pour les soldats et les civils israéliens riverains de l'enclave, dit l'Etat israélien. S'exprimant dans une salle d'audience bondée à Jérusalem, Souhad Bishara, avocate du groupe de défense des droits de l'Homme Adalah, a déclaré que la réalité était autre. "La grande majorité de ceux qui ont été abattus se trouvaient à distance de la barrière", a-t-elle dit. "On utilise les tirs létaux de manière systématique et sans justification", a-t-elle ajouté. Les règles de l'armée régissant les tirs à balles réelles sont officiellement classifiées. "Ce que nous savons, c'est que l'armée israélienne a adapté un nouveau type de règlement qui ne répond pas aux normes internationales", a déclaré l'avocat Michael Sfard au nom des autres ONG israéliennes après l'audience. La réponse de l'Etat stipule que ces règles "sont conformes au droit international ainsi qu'à la loi israélienne". Les juges ont donné jusqu'au 6 mai aux deux parties pour fournir des documents à l'appui de leurs plaidoiries. (Belga)

Nos partenaires