Conflit en Syrie - Un effort commun contre "la barbarie et la brutalité", pas d'autre "alternative" selon May

14/04/18 à 04:03 - Mise à jour à 04:10

Source: Belga

(Belga) Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi soir depuis la Maison Blanche que des frappes ont été ordonnées, en représailles à l'attaque chimique menée sur Douma, près de Damas, samedi dernier, une attaque imputée au régime syrien et qui a fait au moins 40 morts et des centaines de blessés. Il s'agit d'un effort commun, une "opération combinée" des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni, "contre la barbarie et la brutalité" du régime de Damas, a martelé le président face aux journalistes à Washington. "Quel genre de nation souhaite être associée au meurtre de masse d'hommes, de femmes et d'enfants innocents?", a-t-il encore lancé, à l'intention de la Russie et de l'Iran, soutiens habituels du régime syrien.

La Première ministre britannique Theresa May a communiqué peu après. Elle a confirmé avoir "autorisé les forces armées britanniques à conduire des frappes coordonnées et ciblées visant à endommager les capacités d'usage d'armes chimiques du régime syrien". Selon Theresa May, il n'y avait "pas d'alternative à l'usage de la force". Au même moment, plusieurs fortes explosions ont été entendues dans la capitale syrienne Damas survolée par des avions, samedi avant l'aube, a constaté une correspondante de l'AFP. La télévision d'Etat syrienne a immédiatement dénoncé une "agression américaine (...) en coopération avec la France et la Grande-Bretagne". (Belga)

Nos partenaires