Conflit en Syrie - La Turquie tire sur des combattants kurdes dans le nord de la Syrie

25/08/16 à 22:32 - Mise à jour à 22:32

Source: Belga

(Belga) La Turquie a procédé à des tirs d'artillerie contre des combattants kurdes dans le nord de la Syrie, après que ceux-ci ont gagné du terrain en violation d'un accord avec les Etats-Unis, ont annoncé jeudi soir les médias turcs.

Les forces turques ont ouvert le feu sur les militants du PYD (Parti de l'union démocratique) -- la principale milice kurde de Syrie -- à partir de 18H00 (15H00 GMT), après que les services de renseignement ont vu qu'ils progressaient sur le terrain en dépit d'une promesse des Etats-Unis selon laquelle ils allaient reculer, a expliqué l'agence Anadolu. L'agence progouvernementale a ajouté, citant des sources sécuritaires, que l'intervention turque contre les combattants du PYD se poursuivrait tant qu'ils n'auraient pas entamé leur retrait. Selon Anadolu, le PYD a repris sept villages depuis mercredi. Le quotidien Hurriyet a indiqué que des drones turcs avaient détecté les éléments du PYD à 10 km au nord de la ville de Manbej. Les obusiers turcs sont ensuite entrés en action depuis la Turquie, "éliminant" le groupe de combattants. Ces tirs interviennent alors que la Turquie a envoyé jeudi un nouveau convoi de blindés en territoire syrien, au lendemain d'une offensive éclair des rebelles syriens qu'elle a soutenue et qui a permis de reprendre au groupe Etat islamique (EI) la localité de Jarablos, près de la frontière. Avec cette opération, la Turquie vise aussi à stopper l'expansion kurde à sa frontière, alors que le PYD, qui bénéficie du soutien militaire américain, élargit le territoire sous son contrôle dans le nord de la Syrie. Jeudi, le chef de la diplomatie américaine John Kerry a indiqué au téléphone à son homologue turc Mevlüt Cavusoglu que les forces du PYD étaient "en train de se replier vers l'est de l'Euphrate", selon les services du ministre turc. Le ministre turc de la Défense, Fikri Isik, a exigé que ce repli se termine rapidement et a averti, à défaut, que "la Turquie a(vait) tous les droits d'intervenir". (Belga)

Nos partenaires