Conflit en Syrie - Des "progrès réels" mais encore des conditions pour reprendre les négociations

04/03/16 à 13:05 - Mise à jour à 13:05

Source: Belga

(Belga) Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a parlé vendredi de "progrès réels" sur le terrain en Syrie tout en estimant que "deux conditions" restaient à réunir pour reprendre les négociations de paix à Genève: "l'accès de tous les Syriens à l'aide humanitaire et le plein respect de la trêve".

Conflit en Syrie - Des "progrès réels" mais encore des conditions pour reprendre les négociations

Conflit en Syrie - Des "progrès réels" mais encore des conditions pour reprendre les négociations © BELGA

"Il y a des progrès réels mais encore des situations inacceptables", a ajouté M. Ayrault à l'issue d'une réunion avec ses homologues britannique et allemand, alors que selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), deux raids aériens ont frappé vendredi la zone rebelle à l'est de Damas, une première depuis le début de la trêve il y a une semaine. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a souligné que l'objectif était aujourd'hui de "stabiliser, consolider le cessez-le-feu". "Nous savons tous qu'il y a toujours des violations du cessez-le-feu et il doit y avoir de la transparence sur la question des responsabilités", a-t-il ajouté. Pour le Britannique Philip Hammond, "cette cessation des hostilités est loin d'être parfaite mais cela a réduit le niveau de violence, cela a créé une opportunité pour un accès humanitaire", a-t-il déclaré. Au plan humanitaire, l'ONU a annoncé en début de semaine qu'elle allait porter assistance à 154.000 personnes vivant dans les localités assiégées par les divers belligérants, mais au total ce sont près d'un demi-million de personnes qui vivent dans des zones assiégées. Selon l'opposition, l'acheminement de l'aide pose particulièrement problème à Daraya, une localité rebelle près de Damas. Riad Hijab, coordinateur du Haut comité des négociations (HCN, regroupant des représentants politiques et des groupes armés de l'opposition), devait participer vendredi matin à la réunion entre les chefs de la diplomatie français, allemand et britannique, lors de laquelle il comptait surtout exposer les insuffisances constatées au niveau humanitaire. (Belga)

Nos partenaires