Conflit en Syrie - Des parlementaires européens exigent le largage d'aide humanitaire aux villes assiégées

28/04/16 à 04:57 - Mise à jour à 04:57

Source: Belga

(Belga) Des parlementaires allemands, français, britanniques et néerlandais exigent le parachutage d'aide humanitaire dans les villes syriennes assiégées et affamées. Ils ont publié jeudi une lettre ouverte dans le quotidien britannique The Guardian afin de faire réagir leurs gouvernements qui font partie de la coalition internationale menant des frappes aériennes en Syrie.

Conflit en Syrie - Des parlementaires européens exigent le largage d'aide humanitaire aux villes assiégées

Conflit en Syrie - Des parlementaires européens exigent le largage d'aide humanitaire aux villes assiégées © BELGA

"En tant que membres de parlements européens dont les forces aériennes volent en Syrie, nous estimons qu'il est temps désormais que nos dirigeants autorisent le parachutage d'aide d'urgence aux civils piégés et affamés en Syrie", écrivent une vingtaine de parlementaires, dont l'eurodéputé français écologiste José Bové. Plusieurs villes sont assiégées en Syrie par le groupe terroriste Etat Islamique (EI) et les forces du régime de Bashar al-Assad. L'acheminement d'aide humanitaire via l'ONU, autorisé il y deux mois par le régime, est toujours freiné laissant des centaines de milliers de civils mourir de faim, de soif et de maladies bénignes par manque de ressources de base. "Nos pays - le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas et l'Allemagne - volent tous dans l'espace aérien syrien dans le cadre de l'effort anti-EI. Si l'ONU n'est pas en mesure de fournir l'aide, nous avons la capacité et la présence pour agir", insistent les élus. L'ONU n'a encore pu mener de largage humanitaire que dans la ville de Deir Ezzor, où vivent plus de 200.000 personnes encerclées, et les convois d'aide n'ont pu atteindre que les villes de Douma, Daraya et Harasta. Mais rien n'est arrivé à Mouadamiyat (banlieue de Damas), Zabadani, Kefraya et Foua, a affirmé mi-avril l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, évoquant "déception" et "frustration", face à des situations désespérées. (Belga)

Nos partenaires