Conflit en Syrie - Des échantillons sanguins suggèrent l'utilisation de gaz sarin, selon un rapport de l'ONU

09/02/16 à 04:16 - Mise à jour à 04:16

Source: Belga

(Belga) Des échantillons sanguins prélevés l'année dernière sur plusieurs soldats syriens, loyaux au président Bachar al-Assad, indiquent un "haut degré de probabilité" qu'ils aient été exposés à du gaz sarin, a révélé l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) dans un rapport publié lundi.

Au moins quatre personnes ont été exposées "à un certain point" au gaz sarin ou à une substance similaire lors d'une attaque perpétrée le 15 février 2015 à Darayya, dans la banlieue de Damas, selon le rapport de l'OIAC remis au Conseil de sécurité de l'ONU. Les enquêteurs précisent cependant qu'ils ne sont pas en mesure de directement lier cette exposition à l'incident en question. C'est le gouvernement syrien qui a fourni les échantillons des soldats, note le rapport. L'OIAC n'est cependant pas en mesure d'établir le cheminement de ceux-ci ni le moment auquel ils ont été prélevés. La mission d'investigation de l'OIAC a un mandat qui lui permet de constater les attaques à l'arme chimique, mais pas d'en identifier les auteurs. Une résolution du Conseil de sécurité datant de 2013 enjoignait le président syrien Bachar el-Assad de procéder à la destruction de tout son arsenal chimique. Les rapports faisant état de nouvelles attaques au chlore et à l'aide d'autres toxines se sont cependant multipliés depuis lors. L'organisation terroriste État islamique est elle aussi accusée d'employer des armes chimiques. (Belga)

Nos partenaires