Conflit en Syrie - Baisse significative de la violence depuis l'entrée en vigueur de la trêve

14/09/16 à 05:53 - Mise à jour à 05:53

Source: Belga

(Belga) La trêve présentée comme la "dernière chance" pour sortir la Syrie du chaos semble tenir, mais l'absence d'aide humanitaire a suscité la déception dans les zones assiégées.

L'arrêt des combats est survenu le jour où le nombre de morts a dépassé les 300.000, dont près de 87.000 civils, dans la guerre déclenchée en mars 2011, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La trêve est entrée en vigueur lundi à 19h00 heure locale (16h00 GMT) en vertu d'un accord annoncé par la Russie et les Etats-Unis, parrains respectifs du régime et de la rébellion. L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie s'est félicité d'une "baisse significative de la violence". "La situation s'est radicalement améliorée", a déclaré à Genève Staffan de Mistura devant des journalistes, mentionnant toutefois des violences isolées. L'OSDH a déclaré ne pas avoir recensé de morts dans les combats malgré des violations limitées de la trêve dans les deux camps. L'armée russe a affirmé pour sa part que les forces gouvernementales respectaient le cessez-le-feu mais a accusé les rebelles d'avoir tiré "à 23 reprises". La télévision officielle syrienne a fait état de violations mineures. Le porte-parole du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires Jens Laerke a déclaré qu'aucun convoi de l'ONU n'était entré en Syrie depuis le début du cessez-le-feu, alors que l'accord prévoit l'acheminement d'une aide humanitaire aux civils assiégés. M. de Mistura a dit réclamer à ce sujet "des assurances que les conducteurs et les convois ne soient pas touchés". Pour permettre l'acheminement de l'aide aux quartiers rebelles assiégés dans la ville divisée d'Alep, des militaires russes ont installé un point d'observation mobile sur la route du Castello, qui mène vers la frontière turque d'où doit provenir cette livraison, selon des agences russes. L'accord américano-russe prévoit la "démilitarisation" de la route du Castello, où se trouvaient encore mardi après-midi des soldats syriens selon une source militaire syrienne. Les autorités syriennes ont, elles, averti mardi qu'elles refuseraient l'entrée de toute aide de la Turquie pour les quartiers rebelles d'Alep "sans une coordination avec le gouvernement syrien et l'ONU". (Belga)

Nos partenaires