Conflit en Syrie - 38 civils tués dans des tirs rebelles de roquettes à Alep

30/10/16 à 10:57 - Mise à jour à 10:59

Source: Belga

(Belga) De violents combats faisaient rage dimanche entre le régime syrien et les rebelles dans les quartiers ouest d'Alep, où 38 civils ont été tués en deux jours par des tirs de roquettes de l'opposition, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les victimes figurent 14 enfants, a indiqué l'OSDH. Quelque 250 civils ont également été blessés dans des bombardements massifs de factions antigouvernementales depuis vendredi matin, a-t-il précisé. Les rebelles syriens et leurs alliés ont lancé une offensive majeure pour briser le siège imposé par les forces du régime de Damas depuis trois mois sur les quartiers est d'Alep, où vivent 250.000 personnes. "Les combattants rebelles ont tiré des centaines de roquettes et d'obus sur les quartiers ouest depuis des positions à l'intérieur de la ville et sur la rive ouest", a déclaré le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane. Selon lui, les rebelles tentaient de progresser à l'est du quartier de Dahiyet al-Assad - dont ils ont saisi la majeure partie au premier jour de l'offensive - vers Hamdaniyeh, un quartier tenu par le régime adjacent à ceux contrôlés par l'opposition. Les affrontements ont duré toute la nuit jusqu'à dimanche matin et des colonnes de fumées s'élevaient au dessus de la ville. Des frappes aériennes et des tirs d'artillerie ont été entendus jusque dans les quartiers est, selon un correspondant de l'AFP. Depuis vendredi, plus de 1.500 combattants venus des provinces d'Alep et d'Idleb (nord-ouest) prennent part à l'offensive. Parmi eux figurent des djihadistes du Front Fateh al-Cham, ex-Front Al-Nosra qui a affirmé avoir renoncé à son rattachement à Al-Qaïda. Les combats ont fait 30 morts du côté du régime et de ses alliés, ainsi que 50 tués du côté de l'opposition, selon l'OSDH. L'Observatoire ne disposait pas dans l'immédiat du bilan des combattants étrangers tués dans les rangs de l'opposition, dont une grande partie a rejoint des groupes djihadistes. (Belga)

Nos partenaires