Concilier vie professionnelle et vie de famille, priorité de rentrée du cdH

30/08/15 à 14:12 - Mise à jour à 19:30

Source: Belga

Le cdH fera de la conciliation de la vie professionnelle et de la vie de famille l'une de ses priorités dans les mois qui viennent.

Concilier vie professionnelle et vie de famille, priorité de rentrée du cdH

Benoit Lutgen, président du cdH. © BELGA

Le thème est revenu avec insistance dans la consultation de la société civile qu'a lancée le parti il y a quelques mois, a indiqué dimanche le président des centristes, Benoît Lutgen, devant les militants réunis pour un "pique-nique des familles" au domaine de Wégimont

"Nous sommes tous confrontés à cette épineuse question: comment concilier notre vie professionnelle, notre vie de famille, le temps pour soi, notre vie sociale? Comment gagner du temps de qualité au quotidien? " a demandé M. Lutgen. La réponse à cette question est multiple, selon les centristes: développement des gardes d'enfant, en particulier d'enfant malade, et des activités parascolaires, aménagement et flexibilité d'horaires, soutien au travail à distance ou encore investissements dans la mobilité. A ce titre, le cdH formule une proposition visant les voitures de société. "Si les voitures ont tant de succès, c'est qu'un avantage fiscal y est lié et que la fiscalité du travail est trop élevée. Ce que nous proposons, c'est de maintenir pleinement le même avantage fiscal mais en l'ouvrant à plus de possibilités: un abonnement aux transports en commun, un vélo, des titres-services, etc.", a expliqué M. Lutgen.

Le cdH souhaite également que l'assurance maladie prenne en charge le développement des services de gardes d'enfant. "Cela apporterait un plus tant pour les employeurs que pour les parents et l'ensemble de la famille", a ajouté le président. L'égalité entre hommes et femmes fait partie de ce thème. Bon nombre de travailleuses sont contraintes de choisir un temps partiel, a rappelé M. Lutgen. "Il y a deux combats que nous ne pouvons pas perdre. Le premier concerne l'égalité des salaires, on le traîne depuis trop longtemps. Le second, tout aussi important, c'est le combat pour l'égalité des carrières, qui doivent tant pour les femmes que pour les hommes être pleines et entières".

La réforme fiscale égratignée

Les centristes ont égratigné la réforme fiscale annoncée par le gouvernement fédéral. L'un des piliers de celle-ci est la suppression de la tranche d'imposition de 30%, mais pour un ménage aux revenus moyens avec des enfants, la mesure aura un effet très limité puisque la partie de ses revenus exemptée d'impôts est déjà importante. "Des mots qui annoncent un jour en grande pompe 100 euros en plus par ménage, mais on s'aperçoit aujourd'hui que les familles nombreuses n'en verront pas le moindre cent", a fustigé M. Lutgen. Le cdH n'est pas plus clément pour la politique de sécurité fédérale. Trop de temps a été perdu, le Premier ministre n'a rien fait pour susciter l'unité nationale après les événements de janvier (par exemple en s'entretenant avec les représentants des autres partis politiques), regrette le président centriste, et la police et la justice doivent faire face à des restrictions budgétaires.

M. Lutgen a conclu son intervention en évoquant la situation des réfugiés qui fuient la guerre en Irak, en Syrie ou en Libye. Si l'Europe a le devoir de leur tendre la main, elle doit aussi "combattre avec la plus grande fermeté les persécuteurs". "Les moyens absolument nécessaires doivent être mobilisés en Europe pour gagner ces guerres contre les régimes radicaux, totalitaires et extrémistes. Nous devons également soutenir pleinement l'action humanitaire dans ces pays et les pays voisins", a-t-il dit. Le président du cdH n'a pas fait allusion aux déclarations de Bart De Wever qui ont enflammé la fin de semaine. "Tout ce qui est excessif est insignifiant. Au lieu d'attiser les peurs, de venir avec des fausses solutions, il doit, en tant que président de parti de la majorité, faire en sorte que les moyens soient mis à la disposition de la sécurité et de la justice", a-t-il commenté en marge de son discours.

En savoir plus sur:

Nos partenaires