Compétences usurpées : Antoine attend toujours l'invitation de Chastel

05/11/12 à 19:10 - Mise à jour à 19:10

Source: Le Vif

Le ministre du Budget de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, André Antoine (cdH), attend toujours une invitation de son collègue fédéral, Olivier Chastel (MR), pour discuter du problème des compétences usurpées. Il a rappelé que les entités francophones avaient établi une "demande reconventionnelle" destinée au gouvernement fédéral de 156 millions d'euros pour 2013.

Compétences usurpées : Antoine attend toujours l'invitation de Chastel

© Image Globe

Dans les discussions budgétaires fédérales, le thème des compétences dites usurpées est revenu à l'avant-scène. Le vocable recouvre une notion assez floue englobant des compétences relevant des entités fédérées mais financées par le pouvoir fédéral. Le gouvernement fédéral a retenu le montant de 300 millions d'euros attendus des Communautés et Régions.

Le thème avait déjà été évoqué l'an passé. Depuis lors des discussions en groupes de travail techniques ont eu lieu mais elles se sont arrêtées au mois de juillet sur une série de questions non résolues.

"J'attends l'invitation de M. Chastel", a souligné lundi M. Antoine en Commission du Budget du parlement wallon. Et de rappeler, comme l'an passé, que les entités francophones possédaient des "créances certaines" à l'attention du fédéral: programmes de résorption du chômage, transferts de certains bâtiments, TVA sur les nouvelles constructions, etc.

Qui plus est, dans leur exercice budgétaire, la Région et la Fédération n'ont emprunté que 338 millions d'euros sur 528 millions de capacité qui leur était allouée, soit 190 millions d'euros qui peuvent bénéficier au fédéral.

Ecolo, dans la majorité en Région et Communauté mais dans l'opposition au fédéral, voit quant à lui d'un très mauvais oeil les prétentions fédérales sur ces compétences dites usurpées. "C'est une invention du gouvernement fédéral. Dans ce pays, il n'y a pas le papa fédéral qui fixe les dépenses et les autres qui doivent s'exécuter. Dans ce pays, il y a des lois qui fixent les compétences", a lancé Stéphane Hazée.

Le ministre a par ailleurs consacré un long exposé sur la dette de la Région wallonne. "La dette est parfaitement maîtrisée", a-t-il affirmé.

En 2011, la dette totale s'établissait à 5,642 milliards d'euros. Le ratio entre les charges de la dette et les recettes était de 2,76 pc.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires