Communauté française: vers une démocratisation de l'enseignement supérieur

19/07/10 à 18:21 - Mise à jour à 18:21

Source: Le Vif

Le décret du ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt, qui permettra de réduire le coût des études supérieures, a été adopté en séance plénière par le parlement de la Communauté française. Les trois partis de la majorité de l'Olivier l'ont soutenu, le MR s'est abstenu.

Communauté française: vers une démocratisation de l'enseignement supérieur

© Thinkstock

Le texte adopté supprime totalement les frais d'inscription (minerval et autres) pour les étudiants bénéficiaires d'allocations d'études (les boursiers) et réduit le minerval des étudiants de condition modeste (dont les revenus ou ceux de leur famille dépassent de peu le plafond autorisé) à hauteur du montant de l'actuel minerval des étudiants boursiers. Il passe ainsi de 487 à 374 euros.

Pour les autres étudiants, le décret impose la non-indexation du minerval, qui reste fixé à 835 euros maximum jusque l'année académique 2014-2015 au moins.

Enfin, le décret impose aux établissements d'enseignement supérieur la mise à disposition, au moins de manière électronique, de l'ensemble des supports de cours obligatoires pour l'étudiant. Les mesures seront compensées au profit des établissements: un budget de 5 millions d'euros est prévu à partir de l'année académique 2011-2012.

Pour sa part, la CNE-CSC secteur des universités parle dans un communiqué de mesures prises sans même attendre la fin des travaux de la Table Ronde sur l'enseignement supérieur. Il se dit favorable aux deux premières mesures mais ne comprend pas le bien fondé de la non indexation du minerval pendant cinq ans.

Selon la CNE, l'accès à l'enseignement supérieur n'est pas égalitaire aujourd'hui et cette mesure ne va rien changer à cela. Il faut améliorer le système des bourses d'études et maintenir l'indexation du minerval pour les étudiants "ordinaires". Il n'y aurait rien d'inéquitable à ce qu'un minerval progressif soit envisagé, ajoute le syndicat.

Il s'étonne aussi de cette mesure, alors que la situation budgétaire de la Communauté française est décrite comme délicate.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires