Communales 2018: une stratégie sp.a-Groen contre Bart De Wever à Anvers

13/01/17 à 15:12 - Mise à jour à 15:11

Source: Belga

Le sp.a et Groen planchent sur une collaboration qui prendra la forme d'un quartette pour défier le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever dans la perspective des élections communales de 2018, rapportent vendredi le Standaard et le Nieuwsblad.

Communales 2018: une stratégie sp.a-Groen contre Bart De Wever à Anvers

© Belga

Plutôt que de mettre en avant un candidat face à Bart De Wever, sp.a et Groen préfèrent miser sur une "dream team". Elle sera composée du président des socialistes anversois Tom Meeuws, de la députée flamande sp.a Yasmine Kherbache (qui fut cheffe de cabinet du Premier ministre Elio Di Rupo), de la présidente de Groen Meyrem Almaci et de son prédécesseur, le député flamand Wouter Van Besien.

Autour de cette équipe graviteront des représentants de la société civile, notamment des opposants au projet mammouth Oosterweel de bouclage du ring d'Anvers.

Aucun nom n'a encore été avancé en vue de la constitution de la liste.

Le sp.a et Groen ont refusé chacun de s'associer avec le PTB jugé trop "révolutionnaire". Ce refus de s'associer au petit parti de gauche est également mû par des intérêts stratégiques. Les socialistes et les écologistes entendent également récolter des voix au centre du paysage politique.

Pour le président du PTB Peter Mertens, ce choix témoigne de la volonté de ne pas dépasser le stade des petits jeux stratégiques. "On en est même déjà à se répartir les postes en douce, un terrain sur lequel Bart De Wever est imbattable. Ce dernier pourra dès lors gentiment conserver son siège en 2018", a-t-il regretté.

De son côté, la N-VA a invité le sp.a et Groen à clarifier le jeu après la publication d'informations sur d'éventuelles alliances, entre eux, avec la société civile, voire avec le PTB. "Assez de dramatisation, la seule chose qui manque dans tous ces scénarios, c'est le contenu", a réagi l'échevin Fons Duchateau, président de la section locale des nationalistes.

Selon lui, cet amateurisme témoigne de la difficulté à contrer un projet pour la métropole "qui a amené les Anversois vers l'avant, fait retrouver aux gens le chemin des commerces en ville et fait baisser drastiquement la criminalité".

Nos partenaires