Communales 2018 : à Waterloo, la fin de l'omnipotence immobilière

15/04/18 à 13:00 - Mise à jour à 09:43
Du Le Vif/L'Express du 12/04/18

La nouvelle bourgmestre, Florence Reuter (MR), qui a repris le flambeau au lion déchu Serge Kubla, a quelques réalisations à faire valoir en fin de demi-mandat. Et une vision pour un coeur de ville repensé. Sous les boulets de l'opposition, réduite mais remuante et suspicieuse.

" J'ai voulu que la commune reprenne la maîtrise de son territoire, que rien ne soit plus dicté par le privé, notamment par les promoteurs. " Une saillie Ecolo ? Un cri de la liste Mieux vivre à Waterloo (MVW) ? Non, la sentence ne vient pas des modestes 7 sièges d'opposition mais de Florence Reuter, figure de proue de l'écrasante majorité MR forte de 23 sièges et bourgmestre de Waterloo depuis fin février 2015. A cette époque, l'écharpe tombe sur ses épaules de première échevine à la faveur de l'éjection de Serge Kubla du fauteuil mayoral pour cause de scandales (Duferco et Kazakhstan). Et voilà la bourgmestre de 46 ans avec, sur les bras, l'héritage encombrant des trois décennies de pouvoir du " maître de Waterloo ". Trente ans de concessions à la pression immobilière sans relever ou anticiper les défis criants de Waterloo liés à la mobilité, à l'environnement, aux logements modestes, au réaménagement global de la commune pour la qualité de vie de ses habitants. Ou si peu.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires