Commission d'enquête Kazakhgate - "J'ai un peu l'impression d'avoir reçu un cadeau empoisonné"

18/07/17 à 16:23 - Mise à jour à 16:24

Source: Belga

(Belga) "J'ai un peu l'impression d'avoir reçu un cadeau empoisonné, j'espère qu'il ne l'est pas", a indiqué mardi l'avocat général bruxellois Jean-François Godbille au sujet d'un don de 25.000 euros octroyé à une association scoute qu'il présidait et à propos duquel l'instruction montoise sur le Kazakhgate cherche à savoir si, promis par Armand De Decker, il n'a pas été versé par le milliardaire belgo-kazakh Patokh Chodiev, au coeur de la commission d'enquête parlementaire Kazakhgate.

L'ex-président du Sénat Armand De Decker, qui avait retrouvé sa toge d'avocat pour défendre M. Chodiev, est un ami de 40 ans de M. Godbille, même si cette amitié s'est effilochée ces dernières années. "Il s'agit d'une amitié un peu déçue, qui souffre de cette anxiété d'une réponse qui pourrait être apportée par la justice. J'attends beaucoup de la justice, des autorités de mon pays", a commenté le magistrat, qui est à quelques mois de la retraite. Ce dernier a eu à gérer le dossier Chodiev, comme substitut du procureur du roi et comme avocat général, même s'il n'en a pas été le titulaire. En décembre 2010 ou en janvier 2011, il a été approché à propos de l'affaire Chodiev par M. De Decker lors d'un déjeuner. "Il m'a dit qu'il avait repris la robe d'avocat pour défendre l'affaire Chodiev. Je lui ai dit 'stop' et l'ai renvoyé vers l'avocat général Patrick De Wolf, seul compétent dans ce dossier". M. Godbille dit alors avoir prévenu son collègue. Devant la commission d'enquête, Patrick De Wolf, qui a négocié la transaction pénale avec Patokh Chodiev, n'a pas évoqué cet entretien avec Jean-François Godbille. Il a dit avoir été surpris de voir Me De Decker arriver dans son bureau le 18 février 2011, qu'il ne savait pas être l'avocat de M. Chodiev. Ce dernier venait d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel. Il sera finalement bénéficiaire d'une transaction pénale élargie en juin, aussitôt la nouvelle loi votée. Jean-François Godbille avait eu l'occasion de rencontrer Bernard de Gerlache, représentant de l'Ordre de Malte, lors d'un dîner avec Armand De Decker qui avait également fait valoir ses accointances avec l'organisation. Ils se montrés intéressés par les activités scoutes de M. Godbille, actif dans des projets de prévention pour la jeunesse en difficulté. "Un jour, je reçois un coup de téléphone de Léa de Belgique demandant mon numéro de compte (M. Godbille était proche de feu le prince Alexandre, époux de la princesse Léa). Quand on est ainsi soutenu par la famille royale, l'Ordre de Malte et une personnalité honorable, on ne se pose pas de question", a témoigné le magistrat mardi. Ensuite, "coup de tonnerre dans un ciel bleu", a-t-il poursuivi, évoquant les articles de presse annonçant les origines du don, en provenance de l'avocate française Catherine Degoul, mandatée avec M. De Decker par l'Elysée dans le cadre du Kazakhgate. Aujourd'hui, M. Godbille s'en réfère la présomption d'innocence de M. De Decker qui tout en lui ayant confirmé que le don provenait bien de Me Degoul, lui a certifié qu'il n'émanait pas de M. Chodiev. "J'espère qu'à terme, je pourrait être certain qu'on ne m'aura pas manipulé. Je serais extrêmement déçu d'apprendre qu'Armand De Decker m'aurait trompé et manipulé et cela me choquerait", a-t-il dit. (Belga)

Nos partenaires