Comment vivra-t-on en Belgique en 2050

11/09/15 à 13:49 - Mise à jour à 13:49

Source: Le Vif/l'express

L'ambitieuse exposition 2050. Une brève histoire de l'avenir aux Musées royaux des Beaux-Arts, à Bruxelles, est une interprétation artistique des urgences et utopies d'aujourd'hui et demain. Et en Belgique, comment l'avenir se conçoit-il ? Pour Le Vif/L'Express, neuf experts se sont projetés en 2050.

Comment vivra-t-on en Belgique en 2050

© iStock

Energie

"Elle sera 100 % verte"

Damien Ernst, professeur en électromécanique (Université de Liège)

L'électricité, produite par des microréseaux indépendants et de grands réseaux internationaux inteconnectés, proviendra du renouvelable, moins cher que le pétrole.

"Je suis quasiment sûr qu'en 2050 on sera à 100 % d'énergie verte et non pas tant pour une raison écologique que pour une question de prix. Le paysage énergétique va dépendre du prix du photovoltaïque et des batteries, mais s'il est suffisamment bas, on verra de plus en plus d'entités indépendantes au niveau énergétique. Ainsi, dans les campagnes belges, on roulera probablement avec des véhicules électriques qui seront moins cher et à autonomie plus longue, alimentés par des panneaux photovoltaïques. Dans les villes, où il est plus difficile de capter l'énergie du soleil, la surface disponible étant moins grande par habitant, un réseau électrique existera toujours et ces villes importeront de l'électricité depuis des pays ensoleillés ou venteux. D'un côté, on aura donc des microréseaux indépendants, qui produiront eux-mêmes leur énergie, et de l'autre une interconnexion plus grande entre les réseaux européens et américains donnant un réseau électrique global où la quasi-totalité de l'énergie proviendra de sources renouvelables. La filière pétrole, dont le prix ne va pas descendre significativement, va perdre la main par rapport à la combinaison voiture électrique-photovoltaïque, car on voit déjà que celle-ci est moins chère. Dès 2030, la majorité des véhicules vendus seront électriques, et dès un certain pourcentage de pénétration, des villes vont interdire le véhicule à essence, plus polluant et bruyant. Quant au nucléaire, son avenir n'est pas rose. Certes, des centrales pourraient être encore prolongées pour une dizaine d'années à partir de 2025, mais les politiciens vont de moins en moins défendre la filière. Le démantèlement nucléaire va coûter plus cher que prévu, des problèmes de stockages vont se poser, et ça va créer de mini-scandales financiers, décourageant les politiciens de "booster" la filière. Seule une rupture technologique peut changer la donne. Certaines compagnies travaillent sur des réacteurs plus petits et modulables, qui fonctionnent avec du thorium plutôt que de l'uranium. Il faut garder cela à l'oeil, ainsi qu'une éventuelle avancée dans la fusion nucléaire. Lockheed Martin travaille actuellement sur un réacteur de fusion compact et dit qu'il pourrait arriver à quelque chose dans cinq ans. Mais cela fait vingt ans qu'on nous dit que la fusion c'est pour dans trente ans, et rien n'avance vraiment."

Nouvelles technologies

"On aura des journaux comme dans Harry Potter"

Rudy De Waele, stratège en transformation digitale

Avec le graphène, la photonique, les villes intelligentes et l'essor de l'imprimante 3D, les nouvelles technologies annoncent une kyrielle de bouleversements.

" En 2050, le graphène, avec ses propriétés extraordinaires (un matériau 200 fois plus résistant que l'acier, qui conduit très efficacement la chaleur et l'électricité et est presque transparent), aura la potentialité de changer notre monde, s'il est mieux adapté. Il pourrait permettre de créer des journaux pliables que l'on peut mettre à jour, comme dans Harry Potter, de meilleures batteries de voitures, des smartphones indestructibles. On verra également du matériel informatique à haute performance développé grâce à la photonique (branche de la physique qui s'intéresse à l'usage des particules lumineuses) et qui utilisera de la lumière plutôt que de l'électricité. Mais le plus grand changement que l'on verra en 2050 sera le passage à une économie basée sur l'énergie durable. Les gens produiront leur propre énergie et transféreront le surplus sur le réseau, un "internet énergétique mondial" capable de fournir le moindre recoin de la planète. Des véhicules, des bus et des camions connectés qui s'autoconduisent seront la norme. Les maisons seront dirigeables à distance et les problèmes de langage à Bruxelles appartiendront au passé grâce à des nanopuces que nous porterons sur nous (ou dans nous) et qui nous offriront une traduction instantanée. Le gouvernement belge commencera à voir son pouvoir se déliter. Internet aura créé des économies sans frontières qui aura bousculé la souveraineté des nations, celle-ci étant remplacée par une nouvelle forme de gouvernance, liée à des standards éthiques internationaux. Les services de soins de santé privés offriront au citoyen la possibilité de vaincre les limitations du corps humains en utilisant la thérapie génétique et le séquençage ADN. Les soins de santé publics se pencheront davantage sur la prévention, en utilisant des capteurs pour suivre notre état de santé plutôt que des pilules pour soigner les maladies. La fatigue digitale chronique et la dépression seront les maladies les plus répandues. Des buildings étonnants pourront être construits avec des imprimantes 3D, créant une nouvelle vague de formes architecturales. Nous reviendrons à une production locale, grâce à l'impression 3D, car le transport des biens à l'échelle de la planète sera perçu comme totalement non durable."

2050. Une brève histoire de l'avenir, aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, à Bruxelles. Du 11 septembre au 24 janvier prochain. http://www.expo-2050.be

Les sept autres prédictions dans Le Vif/L'Express de cette semaine :

Démographie : "On ne peut pas parler d'explosion"

"Un tiers de travailleurs auront entre 50 et 65 ans"

"La médecine sera personnalisée, donc la solidarité sociale sera menacée"

"Les villes seront sans voitures"

"On mangera plus de fruits et légumes, et l'économie sera plus circulaire"

"Le sursaut pour l'agriculture viendra des initiatives citoyennes"

"Les forêts seront modifiées par le changement climatique"

+ L'expo : l'art pour mieux penser demain

En savoir plus sur:

Nos partenaires