Comment réduire le stress du blocus et des examens ?

30/11/17 à 15:17 - Mise à jour à 15:47

Source: Student.be

Pour la grande majorité des étudiants, les "vacances" de Noël sont avant tout synonyme d'étude. Les examens approchent, comment surmonter l'épreuve du blocus ? Voici un guide pratique pour un bon blocus, tant pour les étudiants que ses parents.

Comment réduire le stress du blocus et des examens ?

© Getty Images/iStockphoto

On entend beaucoup de choses sur les examens et comment s'y préparer. Les étudiants sont désespérés devant la quantité de matière à emmagasiner et les parents ne savent pas comment se comporter face aux besoins de leurs jeunes. Les conseils et astuces circulent un peu partout, mais Student.be a fait le tri.

La préparation. Avant d'étudier, il faut prendre le temps nécessaire pour rassembler et ordonner ses notes de cours. Il est préférable d'étudier dans ses propres notes, personnalisées cela permet d'intégrer plus facilement la matière.

La planification. Afin d'avoir une vision globale, il est fortement conseillé d'établir un planning d'étude. Cela permet de voir combien de jours il reste entre les examens et de pouvoir évaluer l'avancement dans la matière. Pour ce faire, il faut évaluer le nombre d'heures qu'il faut pour étudier chaque cours.

Il est important de diversifier les matières au cours de la journée et d'alterner les cours faciles et les cours difficiles. Le cerveau travaille mieux quand on lui donne un contenu diversifié. Alterner les cours en fonction de leur difficulté permet d'étudier les matières les plus compliquées au moment le plus opportun, par exemple au matin où le cerveau est à même de recevoir le plus d'informations.

L'étude. La table des matières permet d'avoir une bonne vue d'ensemble du cours et de la structure de chaque chapitre. D'autres techniques existent pour représenter cette vision d'ensemble : des dessins, des couleurs, des schémas, des tableaux, etc.

Il ne faut pas étudier un cours mais le travailler. Pouvoir jongler avec les différents concepts, et les associer à des applications de la vie de tous les jours quand c'est faisable. Cela permet de mieux comprendre et de mémoriser plus facilement.

Ne pas mépriser l'introduction du cours ou celles des chapitres, bien souvent les profs y expliquent les objectifs à connaître. Cela permet d'étudier en fonction des attentes de celui-ci. Il est plus facile d'étudier en connaissant le type de questions qui seront posées, car on n'étudie pas de la même manière pour un examen composé de questions ouvertes, de QCM, d'exercices ou de définitions nécessitant de la restitution pure.

Il faut savoir mettre en valeur les points importants du cours sans s'attarder sur le superflu. Pour éviter de se souvenir uniquement des premiers chapitres, revoir la matière dans le sens inverse est une bonne méthode.

Vérification des connaissances. Retenir la matière et s'autoévaluer en faisant des fiches-questions, des exercices et des examens des années précédentes ou expliquer la matière à des amis, permet de vérifier ses connaissances et d'optimiser sa mémoire à long terme.

Santé : augmenter la rentabilité de travail

La plupart des étudiants font passer leurs examens avant leur hygiène de vie. Que ce soit au niveau de l'alimentation, du temps accordé au sommeil, voir même leur hygiène corporelle. Car oui, nombreux d'entre eux se tapissent dans leur crasse en négligeant leur douche quotidienne. C'est une erreur puisque cela altère la concentration en augmentant la fatigue et le mal-être. Prendre soin de son corps augmentera significativement la rentabilité de travail.

Dormir permet d'emmagasiner l'étude de la journée. L'information enregistrée en journée se fixe en mémoire pendant le sommeil. Il est conseillé de ne pas dépasser les 10h d'étude par jour. Certes travailler plus est possible, car le stress permet aussi de se dépasser, mais cela n'est faisable que sur une courte durée, il faut penser à recharger ses batteries.

Une alimentation saine. Il est important de continuer à manger équilibré même si le temps manque. Pour en gagner, on peut favoriser les plats simples ou préparer en plus grande quantité et mettre au surgélateur. La consommation de sucres lents permet de tenir plus longtemps. Les sucres rapides tels que les confiseries et boissons énergisantes peuvent donner un petit coup de boost, mais elles ne suppriment pas la fatigue. Bien sûr ne pas oublier de bien s'hydrater, plus que d'habitude.

S'aérer et faire des activités. Il est difficile de rester concentré plusieurs heures d'affilée, il faut prévoir des moments de détente. Quitte à se forcer à prendre des pauses, telles que 10min/1h ou 20-30min/2h. Bouger, s'aérer et boire de l'eau, sont 3 éléments qui favorisent la circulation sanguine, donc l'apport de nutriments et d'oxygène au cerveau et par conséquent la mémorisation.

Et côté parents

Encourager et soutenir. Encourager l'étudiant en allant le voir de temps en temps et lui demander si tout va bien, en s'intéressant à sa matière, ou du moins en faisant semblant si vous n'y comprenez rien ! Si personne n'est à la maison, un SMS, un post-it sur son bureau avant de partir au boulot, un coup de téléphone pour l'encourager. C'est avec de petites attentions que l'on montre son investissement et sa présence.

Etre à l'écoute sans oppresser. Certains jeunes nécessitent le besoin de parler, de raconter où ils en sont dans leur matière et d'autres préfèrent changer tout à fait de sujet durant leurs heures de pause. Il faut se montrer à l'écoute peu importe les sujets. Attention par contre au surinvestissement et l'hyper-parentalité, il ne faut pas étouffer le jeune en étant toujours derrière lui, que ce soit pour lui dire d'étudier ou de lui demander toutes les 5 minutes s'il va bien.

Le laisser s'autoréguler. L'autorégulation est bien plus efficace que des restrictions imposées. Afin de gérer le temps passé sur les réseaux sociaux ou devant leurs séries, rien de tel qu'une bonne négociation parent-enfant.

Un cadre de travail favorable. Les horaires d'examens peuvent être affichés afin que toute la maisonnée soit concernée et fasse au mieux pour que cet espace reste calme et paisible.

Etudes ne riment pas avec corvées. Il faut accepter que l'enfant soit moins réceptif face à certaines demandes, questions ou critiques. Celui-ci peut continuer à exécuter certaines tâches, mais il faut rester réaliste. Ce n'est pas parce qu'il reste toute la journée à la maison qu'il faut en profiter pour lui demander tout et n'importe quoi.

Amaurine Plat

En savoir plus sur:

Nos partenaires