Combien rapporte votre épargne-pension ?

31/05/13 à 15:53 - Mise à jour à 15:52

Source: Le Vif

Dans le cadre de l'épargne-pension fiscale, le contribuable a le choix entre une formule d'assurance ou une formule reposant sur un fonds. Dans ce dernier cas, le rendement dépend du succès du gestionnaire de fonds sur les marchés financiers.

Combien rapporte votre épargne-pension ?

© Getty

L'épargne-pension bénéficie depuis plusieurs années déjà d'un avantage fiscal. En 2012, la prime maximale éligible s'élevait à 910 euros. Pour 2013, ce montant a été porté à 940 euros par épargnant. Pour chiffrer votre économie si vous déclarez ce montant, il suffisait jusque fin 2011 de multiplier la prime versée par le taux d'imposition moyen spécial, qui dépend du revenu imposable corrigé, avec un minimum de 30 % et un maximum de 40 % (plus taxe communale épargnée). Depuis 2012, l'avantage fiscal lié à l'épargne-pension n'est plus corrélé au revenu. Désormais, l'Administration applique une réduction fiscale forfaitaire de 30 % (plus taxe communale épargnée). Dans l'hypothèse la plus défavorable donc, l'avantage fiscal effectif est inférieur de 10 % à ce qui prévalait autrefois.

Fonds d'épargne-pension vs assurance d'épargne-pension Vous avez ainsi le choix entre un fonds d'épargne-pension et une assurance épargne-pension. La principale différence entre les deux formules réside dans le rendement fixe de l'assurance épargne-pension (une assurance vie de la branche 21 dont vous déclarez les primes dans le cadre de l'épargne-pension fiscale). Actuellement, celui-ci est compris entre 2,25 % et 2,50 % par an en fonction de l'assureur. En plus, vous bénéficiez d'un bonus variable sous la forme d'une participation aux bénéfices annuelle. Dans le cas du fonds d'épargne-pension en revanche, le contribuable ne sait pas à l'avance combien rapporteront les primes versées. L'évolution de ce type de fonds est en effet liée à celle de la Bourse. Si vous avez un horizon de placement de plus de 10 ans et que vous ne craignez pas les fluctuations de cours, le fonds d'épargne-pension est la formule qui vous convient le mieux.

Là où blesse le bât fiscal

En échange de l'avantage fiscal dont vous bénéficiez chaque année sur la prime versée dans le plan d'épargne-pension, la banque ou la compagnie d'assurance retiendra, à votre 60e anniversaire, un impôt unique de 16,5 % et/ou 10 % sur les primes accumulées (hors participation aux bénéfices d'une assurance épargne-pension). Dans le cas de l'assurance épargne-pension, ces pourcentages sont appliqués au rendement réel. Si votre assurance rapporte par exemple 2,5 % par an, le fisc appliquera un impôt de 16,5 % et/ou 10 % sur les primes payées capitalisées à 2,5 %. Dans le cas du fonds d'épargne-pension, la donne est autre : l'Administration suppose que votre fonds a rapporté au moins 4,75 % par an (ou 6,25 % par an pour les primes versées avant 1993). S'il vous a rapporté moins, comme ce fut le cas l'an dernier, vous paierez un impôt sur un revenu supérieur à celui effectivement perçu.

Fonds dynamiques, défensifs et neutres

Les gestionnaires de fonds d'épargne-pension doivent respecter les dispositions légales suivantes en matière d'investissement :

- 75 % maximum des primes peuvent être investies en actions ;

- 75 % maximum des primes peuvent être investies en obligations ;

- 10 % maximum des primes peuvent être placées sur un compte en euro ou dans une devise d'un Etat membre de l'Espace économique européen ;

- 20 % maximum des primes peuvent être investies dans une devise autre que l'euro.

Dans la pratique, ces règles sont respectées de diverses manières, moyennant la prise de plus ou moins de risques par les gestionnaires. La plupart des portefeuilles des fonds d'épargne-pension sont dynamiques, ce qui signifie que les primes des épargnants sont investies essentiellement en actions. Si vous désirez connaître la composition exacte de votre fonds d'épargne-pension, il vous suffit de demander le prospectus à votre banque. Vous le trouverez aussi sur le site www.morningstar.be.

Depuis 2003, le marché belge abrite aussi plusieurs fonds d'épargne-pension de type défensif : l'essentiel des primes est investi en obligations. Il existe également des fonds d'épargne-pension appliquant une stratégie d'investissement neutre, c'est-à-dire qui investissent 50 % en actions et 50 % en obligations.

Rendements

Globalement, on peut affirmer que 2012 fut un excellent millésime, avec des rendements positifs compris entre 6,61 % et 17,1 %. Cette performance est somme toute logique, dans la mesure où 2012 fut une année prospère sur les places boursières. Si l'on considère les rendements des trois dernières années, on constate qu'ils sont unanimement positifs. Sur les cinq dernières années, les résultats sont encore légèrement positifs malgré l'éclatement de la crise boursière en 2008. Notons du reste que les écarts de performance entre fonds dynamiques, défensifs et neutres sont négligeables. Les fonds défensifs et neutres parviennent surtout à limiter les pertes lors des années boursières difficiles. Lors des années rentables, ils profitent eux aussi du climat d'investissement favorable. Dans tous les cas, il convient de tenir compte du fait que ces chiffres sont des instantanés. Les performances passées des fonds d'épargne-pension ne sont évidemment pas une garantie pour l'avenir.

Johan Steenackers

Ce qu'il faut en retenir Si vous commencez à épargner en vue de votre retraite avant l'âge de 40 ans, vous avez un horizon d'investissement de 25 ans jusqu'à l'âge de votre départ à la retraite. Il vaut alors mieux opter pour un fonds d'épargne-pension dynamique. A mesure que l'âge de la retraite se rapproche, par exemple à partir de votre 55e anniversaire, vous pouvez envisager de passer à un fonds neutre ou défensif, pour plus de sécurité. Cette conversion est possible, généralement sans frais de sortie ni d'entrée, mais n'est exonérée d'impôts que si vous transférez la totalité du capital accumulé dans le nouveau fonds. Un transfert partiel vous coûtera en effet 33 % d'impôts.

A un âge plus avancé, vous pouvez également basculer d'un fonds à une assurance épargne-pension. Evitez alors de transférer le capital épargné du fonds vers l'assurance, sans quoi vous devrez vous acquitter d'un impôt de 33 %.

En savoir plus sur:

Nos partenaires