Chypre: le président annule une réunion sur la réunification de l'île

25/05/16 à 00:34 - Mise à jour à 00:34

Source: Belga

(Belga) Le président de Chypre Nicos Anastasiades a annulé mardi une réunion prévue dans le cadre des pourparlers de paix, dénonçant ce qu'il considère comme une tentative de reconnaître la partie nord de l'île, occupée par la Turquie.

Cette décision intervient après que M. Anastasiades, un Chypriote grec, eut renoncé à assister à un dîner organisé à Istanbul pour des chefs d'Etat auquel avait aussi été convié en dernière minute le dirigeant chypriote turc Mustafa Akinci, qui n'a pas le rang de président. Il s'agit du premier accroc sérieux dans les négociations de paix entamées il y a un an entre MM. Anastasiades et Akinci et visant à réunifier l'île méditerranéenne divisée depuis 1974. "Avec regret, le président Anastasiades a établi que le terrain n'était pas propice pour tenir une réunion avec le leader chypriote turc le 27 mai", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du gouvernement Nicos Christodoulides. Alors qu'il se trouvait lundi à Istanbul pour assister au Sommet humanitaire mondial, M. Anastasiades a décidé de ne pas assister au dîner lorsqu'il a appris que M. Akinci y serait également présent, qualifiant cette invitation d'"inacceptable". Mustafa Akinci dirige la République turque de Chypre du Nord, autoproclamée et reconnue seulement par la Turquie. L'invitation adressée à M. Akinci par le président turc Recep Tayyip Erdogan a ainsi été vue, côté chypriote grec, comme une tentative de saper l'autorité du président chypriote et de donner plus de crédit au leader chypriote turc. A New York, le porte-parole adjoint des Nations unies Farhan Haq a souligné qu'il s'agissait d'une invitation des autorités turques et que l'ONU n'était pas impliquée. L'ONU n'a pas été informée formellement de la décision de la partie grecque de ne pas participer à la prochaine session de négociations, a-t-il indiqué. "A cette étape importante du processus, le secrétaire général (Ban Ki-moon) tient à souligner que les deux dirigeants ont démontré un grand courage et une grande persévérance dans le processus et qu'ils ont fait beaucoup de progrès, donc il les encourage à redoubler d'efforts", a ajouté le porte-parole. M. Anastasiades a indiqué qu'il était déterminé à poursuivre les pourparlers de paix pourvu qu'il y ait un "respect mutuel (...) et non des décisions unilatérales visant à rehausser le statut d'un pseudo-Etat". "De telles décisions (...) non seulement n'aident pas le processus en cours mais lui portent préjudice", selon le communiqué. Après plusieurs échecs ces 40 dernières années, des pourparlers de paix sous l'égide de l'ONU ont été relancés en mai 2015 et sont vus comme la dernière chance de réunifier l'île. Beaucoup estiment que la bonne entente entre les deux dirigeants, qui se rencontrent de façon régulière, peut créer un climat de confiance favorable à la conclusion d'un accord de paix mais ce dernier incident risque d'alourdir l'atmosphère des négociations. Chypre est divisée en deux depuis l'invasion en 1974 de sa partie nord par la Turquie en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce. Les autorités de la République de Chypre n'exercent leur autorité que sur la partie chypriote grecque de l'île, soit ses deux-tiers sud. (Belga)

Nos partenaires