" Chômeurs-fraudeurs " : les syndicats rejettent le bonus à la traque

10/05/13 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Source: Le Vif

Bien essayé. John Crombez (SP.A), secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude, aimerait récompenser financièrement l'ardeur que mettent les organismes de paiement des allocations de chômage à détecter les fraudes.

" Chômeurs-fraudeurs " : les syndicats rejettent le bonus à la traque

© Image Globe

Touchante attention : l'organisme pourra garder une partie des recettes de la fraude qu'il aura lui-même pistée auprès de "ses" chômeurs. Voilà qui sent la prime au rendement, l'incitant financier à la traque. Premiers interpellés, les syndicats en sont tout incommodés.

Claude Rolin, secrétaire général de la CSC, cale : "Quelle ineptie : nous n'avons pas vocation à réprimer des gens que nous indemnisons et défendons." Eddy Van Lancker, secrétaire fédéral à la FGTB, recale : "D'accord pour agir préventivement. Mais contrôler les gens, ce n'est pas notre job." John Crombez peut garder son bonus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires