Chine: un militant taïwanais pro-démocratie condamné à 5 ans de prison

28/11/17 à 04:39 - Mise à jour à 09:03

Source: Belga

(Belga) Un militant taïwanais pro-démocratie a été condamné mardi en Chine à cinq ans de prison pour "subversion", aux termes d'un verdict qui risque d'envenimer les relations entre Pékin et Taipei.

Un tribunal intermédiaire de la province du Hunan (centre) a annoncé sur une vidéo mise en ligne la condamnation de Lee Ming-cheh, auteur d'articles critiques envers le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir. Un co-inculpé de nationalité chinoise, Peng Yuhua, qui avait reçu ces articles, a été condamné à sept ans de prison. Taïwan a qualifié le jugement "d'inacceptable". "Nous exhortons Pékin à libérer M. Lee et à lui permettre de retourner rapidement à Taïwan", a déclaré la présidence taïwanaise dans un communiqué. Lors d'une audience en septembre dernier, M. Lee avait reconnu avoir rédigé et diffusé les textes incriminés. "La télévision que je regarde dans ma prison m'a permis de comprendre mieux la Chine", avait-il assuré au tribunal, avant de conclure sur un ton contrit: "Je sais que je violais la loi chinoise (...) J'exprime ma culpabilité et mes regrets". Cet employé d'une association de défense des droits de l'homme avait été arrêté en mars durant un voyage en Chine continentale, et ses proches avaient été sans nouvelles de lui pendant des mois. Les autorités avaient finalement confirmé l'avoir placé en détention, l'accusant d'avoir "mis en danger la sécurité nationale". "C'est un jugement absolument scandaleux", a commenté William Nee, spécialiste de la Chine pour l'association de défense des droits de l'homme Amnesty International. "Lee Ming-cheh ne devrait pas avoir à purger un seul jour de prison étant donné que tout ce qu'il a fait, à savoir discuter pacifiquement de l'actualité et de questions d'histoire, est expressément garanti par le droit international", a-t-il déclaré à l'AFP. La Chine continentale et Taïwan sont dirigés par des régimes rivaux depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. L'île vit de façon autonome mais Pékin la considère toujours comme faisant partie du territoire chinois. (Belga)

Nos partenaires