Child Focus : "Ne partagez pas d'avis de recherche à tort et à travers"

29/01/16 à 10:08 - Mise à jour à 30/01/16 à 15:55

Source: Het Laatste Nieuws

Ces derniers jours, l'avis de recherche d'un petit garçon de 4 ans a été partagé plus de 200.000 fois sur Facebook alors qu'il n'est pas question de disparition. Aussi, la Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités Child Focus demande-t-elle de ne pas partager d'avis de recherche non fondé.

Child Focus : "Ne partagez pas d'avis de recherche à tort et à travers"

© BELGA

Ce mercredi, la compagne du père du petit garçon disparu a publié un avis de disparition sur Facebook, en demandant à ses contacts de partager un maximum. D'après les informations du quotidien Het Laatste Nieuws, l'enfant serait pourtant en sécurité auprès de sa mère biologique, mais cette dernière ne l'aurait pas ramené à son père après le week-end du 16 et 17 janvier.

Le père de l'enfant et sa compagne ont alors décidé de diffuser un avis sur les réseaux sociaux. "Child Focus ne veut pas diffuser d'avis de recherche et va étudier d'autres pistes, alors qu'il s'agit clairement d'un rapt parental" explique la belle-mère de l'enfant au journal Het Laatste Nieuws.

"Il s'agit d'une discussion familiale à propos du droit de garde. Pour l'instant, le garçon réside auprès de sa mère biologique. C'est vrai qu'elle n'est pas chez elle. Mais sa famille et ses amis savent où elle se trouve avec son fils. Pour l'instant, tout est donc en ordre" déclarait vendredi Luc Liboton, le porte-parole de la zone de police de Hageland, au quotidien Het Nieuwsblad.

De son côté, le père de l'enfant en question nous fait savoir ce samedi qu'il ne s'agit aucunement d'une discussion familiale: "Mon fils n'est toujours pas chez moi et personne ne sait où il se trouve actuellement", laisse-t-il entendre.

Dirk Depover, le porte-parole de Child Focus, regrette pour sa part la diffusion de l'avis de recherche parce qu'il est d'avis qu'il s'agit bel et bien d'un conflit familial. "Partager un avis à tort et à travers sur Facebook, ne sert à rien. Au contraire" déclare-t-il au Nieuwsblad. L'organisation demande aux utilisateurs de Facebook de supprimer la publication.

CB

En savoir plus sur:

Nos partenaires