Child focus: moins d'appels et des fugues plus longues en 2009

07/05/10 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Le Vif

Le centre pour enfants disparus et sexuellement exploités fait le bilan de l'année 2009. Au total, 2.087 dossiers ont été traités. Une année caractérisée entre autre par une diminution des appels au numéro d'urgence 116.000.

Child focus: moins d'appels et des fugues plus longues en 2009

© BELGA

Le 12e rapport annuel de Child focus a été présenté vendredi. En plus des quelques 2.087 dossiers traités l'année passée, s'ajoutent 1.839 signalements de pornographie enfantine sur le Net contre 1.421 en 2008. Cependant, le volume total de dossiers traités reste stable d'une année à l'autre, souligne Jean-Louis Duplat, président du conseil d'administration de Child Focus.

Autre tendance remarquée, la diminution des fugues dites inquiétantes qui sont passées de 25 pc en moyenne les années précédentes à 19 pc en 2009, mais la durée moyenne des fugues s'allongent, poursuit Kristine Kloeck. Child focus a reçu l'an dernier deux fois moins d'appels au numéro d'urgence 116.000 qu'en 2008.

Deux tiers des fugueurs sont des filles tandis qu'un tiers s'échappent de l'institution où ils étaient hébergés. A noter également que 8,5 pc des jeunes qui fuguent ont moins de 13 ans et que 1/10e des fugueurs n'en sont pas à leur coup d'essai, ajoute Kristine Kloeck.

Child Focus a également recensé 467 cas d'enlèvements parentaux internationaux dont 318 nouveaux dossiers. Ainsi que 240 cas d'abus sexuels extrafamiliaux.

Le centre pour enfants disparus a dû aussi déplorer l'an passé cinq enlèvements par des tiers inconnus et a, en outre, enregistré cinq morts, à l'image du petit Younes, parmi les disparitions non définies.

Child Focus a, par ailleurs, ouvert en 2009 quarante dossiers relatifs à la disparition de mineurs étrangers non accompagnés (MENA) dont seulement 10 ont connu une issue favorable. Les MENA constituent un groupe particulièrement vulnérable aux yeux du centre qui ne peut cependant plus se concentrer depuis deux ans que sur les cas pour lesquels il dispose de suffisamment d'informations et ce, pour des raisons d'efficacité. Le centre estime que 750 enfants et adolescents disparaissent ainsi chaque année.

Le rapport revient, enfin, sur les différentes actions de prévention et de sensibilisation mises sur pied par le centre et ses partenaires en 2009 en vue de l'établissement d'un internet plus sûr pour les enfants (clicksafe.be, webetic.be...)

En savoir plus sur:

Nos partenaires