Charles Michel souhaite faire des arbitrages dans le dossier de la migration

14/12/17 à 16:03 - Mise à jour à 16:05

Source: Belga

(Belga) Il est temps de faire des arbitrages dans le dossier de la migration, en tenant compte des sensibilités des uns et des autres, mais dans le souci des citoyens européens, a exhorté jeudi après-midi le Premier ministre belge Charles Michel à son arrivée au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.

"Il y a un momentum aujourd'hui pour mener à nouveau un 'parler vrai', pour trouver un équilibre correct en tenant compte des sensibilités des uns et des autres", a constaté le Premier ministre. Les dirigeants européens doivent se pencher durant leur dîner sur la migration, un sujet qui divise les pays entre ceux, plutôt à l'est, qui refusent obstinément d'accueillir réfugiés ou migrants et ceux qui pensent que l'accueil des réfugiés devrait être réparti équitablement entre les 28. Des tensions sont encore apparues mardi concernant la lettre d'invitation rédigée par le président du Conseil européen Donald Tusk. "La première lettre de Tusk a suscité beaucoup de réactions, mais je constate aussi qu'il a ensuite tenu compte de ces remarques", a relativisé M. Michel. Le Premier ministre se dit "convaincu qu'il faut faire des arbitrages". "La migration, ce n'est pas évident, mais c'est un défi important pour nos concitoyens partout en Europe", a-t-il relevé. "C'est aussi un élément fondamental pour la crédibilité de l'Europe. Il y a un momentum pour trouver un équilibre correct en tenant compte des sensibilités des uns et des autres." Charles Michel met toutefois en garde: "au bout du chemin, je l'ai déjà dit plusieurs fois, l'Europe n'est pas un Bancontact". "L'Union européenne est un projet politique, c'est-à-dire une coopération, et une coopération, ça implique et la solidarité et la responsabilité", a-t-il conclu. (Belga)

Nos partenaires