Charles Michel: "Il faut clarifier le plan de répartition de Juncker"

09/09/15 à 21:52 - Mise à jour à 21:52

Source: Belga

Le Premier ministre Charles Michel a salué mercredi la volonté affichée par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, de renforcer le rôle de l'Europe dans la crise des migrants. Il attend toutefois des clarifications sur certains éléments, en particulier le plan de répartition.

Charles Michel: "Il faut clarifier le plan de répartition de Juncker"

© Belga Image

"Le Premier ministre salue l'engagement ferme de Jean-Claude Juncker pour plus et mieux d'Europe dans ce dossier. Charles Michel a déjà dénoncé la conception d'une solidarité à deux vitesses de certains pays qui acceptent les aides des fonds structurels mais pas la solidarité quand il s'agit de réfugiés", a indiqué son porte-parole.

Le Premier ministre belge salue également l'idée d'une liste des pays sûrs, qui permettrait d'accélérer le traitement des demandes de ressortissants de certains pays, à l'instar de ce que fait déjà la Belgique. Quelques éléments suscitent en revanche des questions, selon M. Michel. Il faut "clarifier" le plan de répartition, estime le chef du gouvernement qui demande "avec insistance" qu'il soit tenu compte des efforts déjà fournis par la Belgique dans l'accueil des réfugiés.

Le Premier ministre réclame aussi une réflexion sur une forme de sanction financière des pays qui refuseraient le plan de répartition de manière à lui donner réellement le caractère contraignant que veut lui prêter la Commission européenne.

Selon les plans de M. Juncker, les pays qui ne pourraient pas participer au mécanisme de relocalisation, "pour des raisons justifiées et objectives comme une catastrophe naturelle" devront payer une contribution de 0,002% de leur PIB.

Ces contributions, ainsi que l'aide européenne initialement prévue pour ces pays, seraient reversées aux autres pays européens. M. Michel souhaite également que la Commission mette sur pied un fonds destiné à aider les pays qui accueillent des réfugiés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires