Charleroi: polémique après une commande d'iPhones de 70.000 euros

11/04/13 à 13:15 - Mise à jour à 13:15

Source: Le Vif

La volonté de la Ville de Charleroi - pourtant sous la coupe d'un plan de gestion - d'acheter cent iPhones et leurs accessoires pour près de 70.000 euros, comme le révèle jeudi Sudpresse, a fait réagir Ecolo qui compare cette dépense aux mauvaises conditions de travail des "simples" fonctionnaires. Paul Magnette, de son côté, insiste sur le respect du contexte budgétaire.

Charleroi: polémique après une commande d'iPhones de 70.000 euros

© Belga

Selon Sudpresse, les bénéficiaires seraient les échevins, chefs de cabinet et hauts fonctionnaires, bien que les destinataires ne soient pas identifiés dans la commande passée à l'Intercommunale de mutualisation informatique et organisationnelle (IMIO). "Le collège communal carolo réserve pour lui-même comme pour la hiérarchie de l'administration un matériel clinquant, mais condamne les simples fonctionnaires à travailler dans de mauvaises conditions, parfois sans téléphone ou sans ordinateur parce que ceux-ci sont tombés en panne ou sont trop vieux", a réagi Luc Parmentier, conseiller communal Ecolo.

Cette commande sera officiellement présentée au collège dans deux semaines, notamment pour déterminer les attributions, selon Sudpresse. "Le collège communal n'a pas encore demandé l'approbation du conseil communal pour l'achat des iPhones", a fait observer Luc Parmentier. L'option de passer commande du matériel téléphonique auprès de l'IMIO est également sujette à caution selon lui, car elle occasionnerait des frais supplémentaires.

Et le conseiller d'opposition de faire un rapprtochement avec la suppression des navettes pour les enfants fréquentant les plaines de jeux durant les vacances de Pâques, qui a permis une économie de 30.000 euros. "Les iPhones vont coûter l'équivalent de deux fois cette économie".

Sans vouloir interférer, Magnette insiste sur le respect du contexte budgétaire

Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette a demandé au secrétaire communal "d'intensifier les examens d'opportunité (des décisions préparées par l'administration) en tenant compte du contexte budgétaire difficile que traverse la ville" après que SudPresse a évoqué l'achat d'iPhones pour 70.000 euros. Le bourgmestre ne souhaite cependant pas "revenir sur le principe général de l'autonomie de l'administration communale dans la gestion quotidienne des services". La ville de Charleroi a "trop souvent souffert dans le passé des interférences politiques dans le travail quotidien de l'administration", a rappelé son bourgmestre dans un communiqué. Il revient au politique de formuler les orientations de "portée générale" et à l'administration de veiller à "leur bonne exécution".

Néanmoins, souligne Paul Magnette, "tout en soutenant la volonté de moderniser le fonctionnement des services communaux, le bourgmestre comprend les réactions que peut susciter cet achat au moment où la ville est sous plan de gestion".

Ce dernier a dès lors demandé au secrétaire communal d'"intensifier les examens d'opportunité en tenant compte du contexte budgétaire difficile que traverse la ville". Le "renforcement des procédures de contrôle a priori" est d'ailleurs un des éléments de la réforme des grades légaux organisée par un décret de la Région wallonne qui sera mis en oeuvre dans les prochains mois, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, Paul Magnette a précisé que "la décision concernant l'acquisition de matériel informatique et de licences (selon les termes de la convention passée entre la Ville de Charleroi et la SCRL IMIO - Document référencée : SGE5-INF-2012-IMIO-01) a été approuvée par le collège communal du 4 décembre 2012 sur base d'un dossier déposé par l'administration Communale". Il a ajouté que "cette décision s'inscrit dans un plan de réorganisation et de redéploiement du système informatique et téléphonique de l'ensemble des services de la ville, qui vise à en renforcer l'efficacité et à en réduire les coûts". Selon lui, l'administration a pris cette option "après analyse des différentes technologies, de leur performance et de leur coût global".

Nos partenaires