Ceta : Benoît Lutgen invite Juncker à se réveiller

31/10/16 à 06:58 - Mise à jour à 06:58

Source: Belga

Le président du cdH, Benoît Lutgen, a confirmé dimanche soir, lors d'une intervention en direct dans les journaux télévisés de RTL-TVI et La Une, que la Wallonie avait subi toute une série de pressions dans le cadre des discussions ayant précédé la signature de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA).

Ceta : Benoît Lutgen invite Juncker à se réveiller

© Belga

Il a appelé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, "à se réveiller" car seule la Wallonie s'est bougée pour obtenir des avancées pour les PME et les agriculteurs.

En fin de conférence de presse autour de la signature du CETA dimanche à Bruxelles, M. Juncker a précisé que jamais la Commission européenne n'avait menacé la Wallonie. "Et je le dis à l'adresse du cdH et de son président", a-t-il tonné.

"Je ne comprends pas pourquoi il réagit de manière aussi tardive", a commenté Benoît Lutgen, rappelant que le président de la Commission n'était "pas directement" visé dans ses propos autour de pressions. Celles-ci étaient toutefois bien présentes, selon lui, au travers notamment de "propos diplomatiques qui sont quand même très clairs". "Il y a eu de façon feutrée certaines insinuations disant qu'il fallait faire attention, qu'il y aurait des conséquences pour la Wallonie... Toute une série de pressions qui à mes yeux sont absolument inacceptables."

Jean-Claude Juncker a également conseillé à la Belgique de réfléchir à son modèle interne pour la signature de traités internationaux. "Il n'a pas à tenir ces propos-là et il est sorti de son rôle aujourd'hui", a ajouté M. Lutgen.

Le président du cdH a continué en appelant M. Juncker a faire preuve de courage et à faire démissionner le commissaire européen à l'Économie numérique, Günther Oettinger, qui a notamment déclaré que la Wallonie était une micro-région gérée par des communistes.

Nos partenaires