Thierry Fiorilli
Thierry Fiorilli
Rédacteur en chef du Vif/L'Express
Opinion

21/10/16 à 06:36 - Mise à jour à 06:44

CETA : au pas ou pas

Une paire de bottes, fussent-elles des santiags, ne vaut définitivement pas Shakespeare. Le raisonnement de Dostoïevski, aux yeux duquel rien ni personne ne pouvait rivaliser avec le génie du poète anglais, infuse profondément l'époque et nos contrées.

Pour preuve, les très nombreuses suffocations, dans des cénacles très académiques, après l'attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan. Parmi les belles plumes et grands esprits qui s'étranglent, Alain Finkielkraut. Dans un texte publié sur le site Causeur, le philosophe français estime que, en ayant couronné l'oeuvre du chanteur américain, le jury a donné " un indice annonciateur de la fin des temps modernes européens, la fin de l'âge de la culture ", que " la défaite du silence est consommée ", que " la stridence n'est plus seulement l'ambiance où est plongée la culture, elle en tient lieu " désormais.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires