Centre sportif : "C'est tout bon pour l'athlétisme"

06/03/12 à 11:47 - Mise à jour à 11:47

Source: Le Vif

Jacques Borlée, l'ancien athlète, entraîneur et père d'Olivia, Kevin et Jonathan Borlée, s'est réjoui du choix du site de Louvain-la-Neuve pour l'implantation du hall de sport de haut niveau, qui a fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois. "C'est un excellent choix stratégique", a-t-il déclaré mardi à l'Agence Belga.

Centre sportif : "C'est tout bon pour l'athlétisme"

© Image Globe

"La position centrale de Louvain-la-Neuve en fait un excellent choix. Il faut rassembler les compétences, car seule une dizaine de personnes sont vraiment spécialisées dans le domaine de l'athlétisme en Belgique. En unissant les talents, l'athlétisme belge ne pourra que s'améliorer", a ajouté l'entraîneur du relais 4x400 mètres.

Il a ensuite balayé les reproches qui pourraient être formulés quant à la taille des infrastructures, nettement revue à la baisse: "Il faut être réaliste. Tout le monde est frappé par la crise, il est dès lors évident que le sport n'allait pas être au centre des préoccupations. C'est logique".

Concernant le montant alloué au projet par les ministres wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jacques Borlée répond là aussi aux critiques éventuelles: "Si le chiffre de 25 millions est exact, je peux vous garantir qu'on fait bien plus qu'une piste d'athlétisme indoor avec autant d'argent. D'autres disciplines bénéficieront de ce centre", a-t-il conclu.

La nécessité budgétaire aura finalement réduit la décision à "l'essentiel", selon le ministre des Sports André Antoine, à savoir un hall indoor de sport de haut niveau (principalement pour l'athlétisme) attribué à Louvain-la-Neuve pour quelque 25 millions d'euros, à charge pour les trois universités (ULB, UCL et ULg) de coordonner leurs activités.

"Le traitement des dossiers n'a pas l'air équivalent"

Le professeur, Marc Cloes, coordinateur du groupe de travail "Speed", en charge du dossier liégeois pour l'obtention de l'implantation du centre sportif de haut niveau, a fait part de son étonnement et de sa déception. "Nous sommes assez étonnés par la décision prise par les ministres wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et pour ne rien vous cacher, nous avons le sentiment que le traitement des dossiers n'a pas été équivalent", a regretté M. Cloes.

"Le cahier des charges était très sérieux. Nous l'avons respecté scrupuleusement, contrairement à Louvain-la-Neuve qui a proposé des aménagements, sans que cela ne semble choquer qui que ce soit", a-t-il ajouté.

Pour le professeur Cloes, l'argument budgétaire avancé par le ministre wallon des Sports, André Antoine (cdH), ne tient pas la route: "Louvain-la-Neuve va recevoir 25 millions pour une piste d'athlétisme ? Nous pouvions en construire une de qualité pour 10 millions. S'il fallait faire du 'low cost', pourquoi ne pas aller au bout de la démarche ?" s'est interrogé le coordinateur du dossier liégeois.

Le "report" laisse la porte ouverte aux villes candidates

Le ministre régional Jean-Claude Marcourt (PS), partisan de la candidature liégeoise, a estimé que ce dossier avait été "reporté" tel qu'il avait été défini dans le cahier des charges. "Le projet n'était pas finançable tel qu'imaginé, il a donc été reporté dans sa version définie dans le cahier des charges", a commenté M. Marcourt, interrogé dans les couloirs du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le ministre liégeois rappelle que la ligue d'athlétisme réclamait "à cor et à cri" un centre, notamment au vu du nombre d'athlètes bruxellois, ce qui justifie le choix de Louvain-la-Neuve.

Interrogé sur l'avenir de la candidature liégeoise, le ministre a estimé que "si demain, on devait relancer un processus, toutes les villes, même celles qui n'étaient pas candidates, pourront proposer un projet".

Jean-Claude Marcourt rappelle la "grande tradition de médecine sportive à Liège" et souligne la plus-value d'une coordination interuniversitaire à ce sujet.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires