Céline Fremault juge les réponses du Fédéral "insatisfaisantes" dans le dossier du survol de Bruxelles

27/11/17 à 08:10 - Mise à jour à 08:13

Source: Belga

(Belga) La ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Fremault (cdH), estime que les réponses apportées via courrier par le Fédéral pour se conformer à un jugement dans le dossier du survol de Bruxelles sont "insatisfaisantes", rapporte lundi le quotidien Le Soir.

"Considérant que ces courriers sont insatisfaisants, nous allons réfléchir aux suites à leur donner. Il y a différentes possibilités, on peut notamment ressaisir la juge et réclamer un arbitrage. Mais je vais avant tout prendre contact avec les parties prenantes de ce dossier pour décider du choix à poser", précise la ministre. Mme Fremault estime entre autres que "l'État fédéral n'a pas fait preuve d'une grande diligence dans ce dossier", pointant le délai mis par celui-ci pour nommer un cabinet d'avocats pour l'assister dans la procédure de sélection d'un bureau afin de réaliser une étude d'incidences sur les nuisances sonores engendrées par l'aéroport, comme l'imposait le jugement de juillet dernier. La ministre bruxelloise déplore par ailleurs l'absence de propositions sur le court terme avancées par le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR). "Le ministre ne propose rien de structurel pour les routes du Canal et du Ring. Je m'attendais à un catalogue de solutions rapides et concrètes pour améliorer la qualité de vie des Bruxellois. Et je reçois des mesures qui tiennent sur un post-it, où l'on fait état de groupes de travail qui vont analyser des solutions à l'horizon 2020", analyse-t-elle. En juillet, le tribunal de première instance de Bruxelles avait donné une suite partiellement favorable à la Région et aux communes bruxelloises dans leurs actions en cessation environnementale lancées en juin 2016. Pour le tribunal, l'État belge doit faire cesser les violations de l'arrêté bruit bruxellois sur la route du Canal ainsi que les violations sur la route du Ring et la route empruntée pour les atterrissages sur la courte piste 01 entre 23h et 7h. Il doit en outre réaliser une étude d'incidences sur les nuisances sonores provoquées par l'aéroport et les solutions de rechange possibles. Le tribunal avait laissé un délai de quatre mois à l'État pour se conformer à la décision sous peine d'astreintes. Or, ces astreintes pouvaient commencer à courir le week-end dernier. (Belga)

Nos partenaires