Caterpillar : Di Rupo se sert de l'Europe comme d'un bouc émissaire

03/03/13 à 16:25 - Mise à jour à 16:25

Source: Le Vif

Le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, a regretté dimanche la façon dont le Premier ministre Elio Di Rupo s'en prenait à l'Europe dans le débat des licenciements massifs annoncés chez Caterpillar à Gosselies.

Caterpillar : Di Rupo se sert de l'Europe comme d'un bouc émissaire

© Reuters

Plusieurs personnalités socialistes ont dénoncé dès jeudi le carcan budgétaire dans lequel les instances européennes enserraient les Etats membres, rendant impossible toute politique de relance dans un contexte de crise économique, et l'absence de politique industrielle des mêmes instances.

Vendredi, le Premier ministre a été du nombre, lors de la conférence de presse qui a suivi le conseil des ministres, en appelant à un sursaut. Il a insisté sur le travail mené à l'échelle européenne sur les critères budgétaires alors que n'existent pas de synergies dans d'autres domaines, comme celui de l'industrie.

"Je comprends que le Premier ministre Di Rupo réagisse de manière émotionnelle parce qu'il s'agit d'un drame social dans son pré carré, c'est évident. Mais c'est trop facile d'utiliser l'Europe comme un bouc-émissaire", a souligné M. De Gucht interrogé par la VRT.

A ses yeux, la Belgique ferait mieux de consacrer son énergie à investir dans la recherche et l'innovation. "La résurrection de l'industrie européenne et de l'industrie belge devra se fonder sur la recherche et le développement, et les nouveaux produits que l'on met sur le marché. On ferait mieux de s'occuper de ça plus que de s'occuper continuellement de problèmes institutionnels", a-t-il ajouté.

Nos partenaires