Carrefour: le gouvernement rencontre les syndicats dans un climat tendu

26/01/18 à 19:14 - Mise à jour à 29/01/18 à 09:51

Source: Belga

Le gouvernement fédéral a reçu vendredi soir les représentants syndicaux dans un climat de tension après l'annonce d'une restructuration menaçant plus de 1.200 emplois chez Carrefour.

Carrefour: le gouvernement rencontre les syndicats dans un climat tendu

© BELGA

"Nous avons exposé nos revendications, mais pas grand-chose n'a changé", a affirmé Delphine Latawiec, secrétaire nationale au syndicat chrétien CNE. "Le gouvernement affiche une bonne volonté de façade", a réagi Myriam Delmée, vice-présidente du Setca. Les syndicats estiment que les mesures prises par les gouvernements au cours des dernières années ont créé les conditions à des restructurations comme celle annoncée par Carrefour jeudi.

"Il n'y a pas de remise en cause de l'attitude de Carrefour, qui sabre dans ses effectifs tout en continuant à verser des dividendes constants à ses actionnaires", a noté Myriam Delmée. "Le gouvernement joue les pleureuses, mais c'est trop tard. Il a réduit à néant les conditions de travail de qualité avec l'élargissement des flexi-jobs, l'assouplissement du travail étudiant, du travail de nuit, du travail à temps partiel...", avait-t-elle relevé avant la rencontre.

"Nous avons reçu les représentants des travailleurs pour les écouter et entendre leur analyse", a déclaré à l'issue de la rencontre le Premier ministre Charles Michel. "Le gouvernement se tient disponible pour soutenir leurs efforts afin de réduire le nombre de licenciements."

Les représentants du gouvernement ont auparavant rencontré la direction de Carrefour. "Nous leur avons posé beaucoup de questions. Nous leur avons donné un message ferme pour qu'ils assument leurs responsabilités légales", selon Charles Michel.

Les syndicats se rendront au conseil d'entreprise le 31 janvier, a indiqué Myriam Delmée.

Une nouvelle prise de contacts entre les gouvernements belge et français est en outre prévue mardi, a indiqué le ministre de l'Emploi Kris Peeters, qui a souligné prendre le dossier "très à coeur".

La ministre des Affaires sociales Maggie De Block et le ministre des Finances Johan Van Overtveldt étaient également présents à la rencontre de vendredi.

Nos partenaires