Caritas International: "Le ministre veut-il un accueil ou juste des matelas sur le sol? "

09/11/15 à 17:30 - Mise à jour à 17:30

Source: Belga

Caritas International n'est pas satisfaite par la sortie, sur Twitter, du vice-Premier ministre Alexander De Croo qui y plaide pour que monastères et abbayes restent ouverts aux réfugiés.

Caritas International: "Le ministre veut-il un accueil ou juste des matelas sur le sol? "

© BELGA

Pour créer des places d'accueil, de nombreuses démarches administratives doivent être entreprises, explique Anne Dussart, directrice des opérations au sein de l'association. "Le ministre De Croo veut-il que nous organisions un accueil avec un accompagnement ou souhaite-t-il juste des matelas sur le sol? ", s'interroge-t-elle.

"Quand l'Eglise entreprendra-t-elle une action pour ouvrir les monastères et abbayes (vides)? ", s'est interrogé le ministre. "J'entends le pape François réclamer plus de compassion pour les réfugiés. Mais l'Eglise en Belgique est restée à ce jour silencieuse sur le sujet", a-t-il encore dit.

Selon Anne Dussart, Alexander De Croo fait fi de tout le travail administratif qui doit être réalisé pour pouvoir recevoir des places d'accueil selon les règles. "Préparer un bâtiment pour l'accueil signifie davantage que prévoir un lit, une douche et du pain. Du personnel doit être désigné et une sécurité incendie doit être assurée. Et cela n'est possible qu'une fois que Fedasil a contrôlé le bâtiment et que le conseil des ministres a donné son autorisation", explique-t-elle.

Deux bâtiments, une ancienne maison de repos à Scherpenheuvel et un ancien monastère à Saint-Josse-ten-Noode, sont presque en règle pour pouvoir accueillir près de 290 réfugiés. Caritas International, qui avait lancé un appel en août aux "propriétaires solidaires" avec l'appui des évêques de Belgique, s'appuie en outre sur une base de données d'environ 400 habitations qui sont proposées par des particuliers pour l'accueil de réfugiés ou de demandeurs d'asile reconnus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires