Canada: libération du seul condamné pour les attentats contre Air India en 1985

27/01/16 à 22:29 - Mise à jour à 22:29

Source: Belga

(Belga) Le seul homme à avoir été condamné pour les attentats contre deux vols d'Air India qui avaient fait 331 morts en 1985 a été remis en liberté conditionnelle mercredi au Canada après avoir purgé sa peine, a-t-on appris auprès de la justice.

Inderjit Singh Reyat, un Sikh qui était résident au Canada au moment des faits, a bénéficié d'un régime de semi-liberté dans un centre spécialisé après avoir servi les deux-tiers de sa dernière peine de neuf ans pour parjure, a indiqué Patrick Storey, porte-parole du juge d'application des peines. Il avait auparavant purgé 15 ans en prison pour avoir participé à la confection de bombes utilisées dans ces attentats. Outre le régime de semi-liberté dans un centre jusqu'en août 2018, date de l'expiration de sa peine, M. Rejat ne doit pas entrer en contact avec les familles des victimes de ces attentats, ni avec les anciens suspects, selon les conditions de sa libération. Il lui est également interdit de mener des activités politiques. Le 23 juin 1985, un Boeing 747 parti de Vancouver à destination de l'Inde via Toronto, Montréal et Londres, avait explosé au large de l'Irlande, faisant 329 morts, l'attentat aérien le plus meurtrier avant le 11-Septembre. Une deuxième bombe destinée à un autre avion d'Air India avait explosé à l'aéroport Narita de Tokyo, tuant deux bagagistes. Selon l'accusation, les deux bombes avaient été fabriquées à Vancouver par des extrémistes sikhs qui voulaient se venger de l'attaque de l'armée indienne contre le Temple d'Or d'Amritsar, haut lieu de la religion sikhe. M. Rejat avait écopé de 10 ans de prison en 1991 pour l'explosion de Narita. Arrêté à nouveau en 2001, il avait été condamné à cinq autres années de prison en 2003 pour des accusations liées aux deux attentats, après avoir passé un accord avec la justice. En 2010, il avait été condamné à 9 années de prison pour parjure. Il était accusé d'avoir menti à 19 reprises au procès de Ripudaman Singh Malik et Ajaib Singh Bagri, deux autres suspects qui ont finalement été acquittés pour insuffisance de preuves en 2005. (Belga)

Nos partenaires