Camionnette interceptée à Maisières: l'opposition réclame des explications du gouvernement

18/05/18 à 20:26 - Mise à jour à 20:28

Source: Belga

(Belga) L'opposition au parlement fédéral réclame des explications du gouvernement après les événements survenus à Maisières lors de l'interception d'une camionnette transportant des migrants. Elle souhaite que l'enquête du comité P soit menée sans délai et que les résultats soient présentés au parlement le plus rapidement possible.

"Il n'y a pas que la Méditerranée qui soit meurtrière pour les migrants. Une enquête du comité P est nécessaire et le ministre de l'Intérieur doit venir donner les résultats de l'enquête au plus vite devant le parlement sur ce drame humain", a réclamé la députée Julie Fernandez-Fernandez (PS). La députée se garde à ce stade du dossier de tirer des conclusions sur les responsabilités politiques. Elle constate toutefois que "la politique répressive annoncée à grands coups de communication par Jan Jambon et Theo Francken ne semble pas être efficace". L'attente était la même au cdH. Le député Georges Dallemagne a déposé une interpellation au Premier ministre, Charles Michel. "La mort par balle de Mawda est un choc. Le fait que le parquet ait prétendu le contraire est incompréhensible. Les règles d'engagement ont-elles été respectées?" a-t-il demandé sur twitter. La députée bruxelloise et ex-ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a embrayé. "Si les conditions d'un cas manifeste de légitime défense ou de menace de mort sur des tiers n'étaient pas réunies, l'usage de balles n'est pas admissible", a-t-elle souligné. Les Verts ont quant à eux mis expressément en cause la politique du gouvernement. "C'est le résultat de la fuite en avant d'une politique de plus en plus répressive", a réagi la co-présidente Zakia Khattabi. "Pour nous, la responsabilité politique est clairement engagée". Interpellée sur les réseaux sociaux à propos de cette conclusion, elle s'est davantage expliquée, en visant également les "passeurs". "Pointer le gouvernement fédéral ne dédouane pas les passeurs de leur responsabilité... Mais, oui, une autre politique qui organiserait des couloirs sûrs, ne ferait pas les affaires des passeurs et aurait permis d'éviter ce drame. C'est ce qu'on appelle la responsabilité politique", a-t-elle dit. Le PS appelle également à l'ouverture de ces "couloirs sécurisés", qui ne peuvent se limiter à la Belgique mais engagent l'Union européenne. "Se contenter de systématiquement criminaliser les réfugiés ne mène nulle part", a déploré Mme Fernandez-Fernandez. (Belga)

Nos partenaires