Calice bis

18/01/12 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Le Vif

Tournai, Namur, Gand, Bruges, Anvers, Hasselt, Malines... Deux ans après la vague de perquisitions de juin 2010, le juge d'instruction Wim De Troy est reparti à l'abordage des épiscopats et de l'archevêché.

Calice bis

© Epa

Lors de ces perquisitions, le juge d'instruction et les enquêteurs ont emporté des dossiers de prêtres, vivants ou décédés, qui pourraient étayer ses soupçons de non-assistance de l'Eglise à des victimes d'abuseurs sexuels.

Cette fois, les formes y étaient, le parquet fédéral était à la manoeuvre (au lieu du parquet de Bruxelles). L'avocat de l'Eglise, Me Fernand Keuleneer, reste néanmoins sceptique sur l'utilité judiciaire cette opération Calice-bis. Les faits reprochés seraient prescrits et l'Eglise s'est engagée dans un processus d'indemnisation pour les abus qui ne tombent plus sous le coup de la loi.

M.-C.R

Nos partenaires