C'est quoi, être belge en 2016 ?

02/09/16 à 11:50 - Mise à jour à 15:00

Source: Le Vif/l'express

Le pays a retrouvé des couleurs, cette année. Les drapeaux n'ont jamais été autant sortis, entre le deuil national d'après-attentats, la mobilisation derrière les Diables, le triomphe de nos humoristes en France et l'engouement pour les athlètes médaillés aux Jeux de Rio. Mais son identité est plus évanescente que jamais. Au point de se poser, légitimement, la question : que signifie précisément être Belge aujourd'hui ?

Que signifie encore être Belge en 2016 ? Certainement un sentiment étrange, paradoxal, celui de vivre dans un pays en constante mutation. Au potentiel énorme, mais à la fierté absente. Et dont le sport reste la métaphore. Les couleurs nationales ont fleuri, partout dans le pays, au début de l'été et de l'Euro de foot, en France. Après l'élimination en quarts de finale et le licenciement de Marc Wilmots, seuls quelques drapeaux usés ont continué à pendre aux fenêtres. Oubliés, sans doute. Comme si nous nous étions retrouvés trop beaux, par erreur. La désillusion était grande. L'histoire d'amour entre les Diables Rouges et leurs supporters devra être revivifiée pour la campagne de qualification pour la Coupe du monde 2018 en Russie, qui démarre ce 6 septembre, à Chypre.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires