Ewald Pironet
Ewald Pironet
Ewald Pironet est rédacteur du Knack.
Opinion

10/03/17 à 10:47 - Mise à jour à 10:47

"C'est parce que la SNCB est trop importante pour notre société qu'elle n'est pas encore en faillite"

Le gouvernement Michel n'arrive pas non plus à résoudre les problèmes de la SNCB : le pouvoir des syndicats reste grand, la politisation augmente au lieu de diminuer. La société des chemins de fer tiendra-t-elle jusqu'en 2025 ?

Il est rare qu'on attende si peu d'un nouveau CEO que de Sophie Dutordoir à la SNCB. Cette semaine, l'ancienne patronne d'Electrabel, qui a également tenu une épicerie fine, succède à Jo Cornu à la tête de la plus lourde de nos entreprises publiques. Ces derniers 3,5 ans, Cornu a souligné le problème à plusieurs reprises : la SNCB est trop chère. Une étude de 2015 révèle qu'en moyenne elle consomme 110 millions euros de plus que les sociétés de chemins de fer étrangères comparables alors que la qualité de son service est moins bonne. Cornu nomme les problèmes, mais il n'a pratiquement rien fait. Dutordoir réussira-t-elle ? Personne n'y croit vraiment.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires