C'est le moment d'amener à la SNCB un partenaire privé avec de l'expertise - A. De Croo

31/05/16 à 11:21 - Mise à jour à 11:21

Source: Belga

(Belga) "C'est le moment de se mettre à la recherche d'un partenaire privé disposant de l'expertise pour la SNCB, qui a besoin d'un vent nouveau", a affirmé mardi matin le vice-Premier ministre Open Vld Alexander De Croo, en charge notamment des Télécommunications et de la Poste.

C'est le moment d'amener à la SNCB un partenaire privé avec de l'expertise - A. De Croo

C'est le moment d'amener à la SNCB un partenaire privé avec de l'expertise - A. De Croo © BELGA

Interrogé par l'agence Belga, Alexander De Croo a fait une comparaison avec bpost et Proximus, qui, par le passé, ont ouvert leur capital aux partenaires privés disposant d'une expertise. "Belgacom l'a fait au moment où l'entreprise devait recevoir un coup de pouce, notamment en matière de réseaux. Idem pour bpost. Et regardez où ils sont. Proximus est une entreprise moderne. Quant à bpost, c'est l'entreprise de service postal la plus forte d'Europe." Pour Alexander De Croo, ce moment est à présent arrivé pour la SNCB. "Un nouveau CEO arrive. Il devrait être chargé de rechercher un partenaire privé qui puisse prendre une part du capital", a-t-il commenté. Pour le ministre libéral flamand, l'Etat devrait dans un premier temps garder le contrôle de l'entreprise. A ses yeux, l'expertise peut provenir de plusieurs angles. "Il faut bien réfléchir à ce dont la SNCB a besoin. "Il peut s'agir d'expertise en matière de mobilité, ou de l'application technologique qui en découle. Mais cela peut aussi être de l'expertise dans les relations sociales tendues...Il importe qu'un partenaire privé amène de l'expertise de l'extérieur vers l'intérieur. Cela peut insuffler une dynamique." Le vice-Premier ministre est également partisan de la libéralisation de certaines lignes, à l'image de ce qui se fait à l'étranger. Ce sera tout profit pour le client et l'entreprise, juge-t-il. (Belga)

Nos partenaires