C'est le brouillard au fédéral

06/06/14 à 21:51 - Mise à jour à 21:51

Source: Le Vif

La situation s'est rapidement éclaircie dans les Régions ces deux derniers jours. Les noms des coalisés potentiels sont connus. En revanche, à l'échelon fédéral, l'éclaircie régionale a amené le brouillard.

C'est le brouillard au fédéral

© Image Globe

Les négociations s'ouvriront samedi entre PS et cdH à 10h à l'Elysette, à Namur. En Flandre, la N-VA et le CD&V se retrouveront après le congé de la Pentecôte. Au fédéral, l'informateur royal Bart De Wever est attendu au Palais de Bruxelles mardi pour un rapport définitif. Comme toujours, la suite des événements est laissée à l'initiative du chef de l'Etat mais la possibilité de déterminer d'ores et déjà une future coalition est bien maigre.

Dans les entités francophones, le PS et le cdH ont décidé jeudi de convoler en justes noces, en compagnie du FDF à Bruxelles. Le PS a redouté la formation d'une coalition de centre-droit au fédéral, avec le cdH et le MR sous la houlette du CD&V, et a préféré prendre les devants plutôt que d'être mis devant le fait accompli. Le MR est donc exclu. Les Réformateurs ont dénoncé une "gifle" donnée aux électeurs mais ne se sont pas encore prononcés sur l'attitude qu'ils adopteront pour le fédéral.

Avant les élections, ils avaient laissé entendre qu'ils voulaient être dans la majorité partout, sinon ils n'y seraient nulle part, après dix ans d'opposition dans les Régions.

Le CD&V et la N-VA n'ont pas perdu de temps du côté flamand: vendredi, ils ont annoncé l'ouverture de négociations en vue de constituer un gouvernement flamand. Exit le sp.a et l'Open Vld qui, en réponse, a fait rapidement savoir qu'il choisissait l'opposition au fédéral.

La tripartite traditionnelle a donc vécu (au moins provisoirement) en Flandre et a du plomb dans l'aile du côté francophone. Est-ce à dire que le PS et le cdH sont condamnés à s'entendre avec le CD&V et la N-VA pour former un gouvernement fédéral? Rien n'est encore fait. Bart De Wever a jugé avec un brin d'ironie qu'"il n'était pas totalement impensable" que CD&V et N-VA se retrouvent au fédéral.

Pour le PS et le cdH, il en va autrement. Le cdH a assuré qu'il ferait tout pour ne pas gouverner avec la N-VA qu'un de ses mandataires a même qualifiée de raciste. Au cours de la campagne, N-VA et PS sont apparus aux antipodes l'un de l'autre. Et le second n'est guère enclin à jouer une partition confédérale selon laquelle les coalitions régionales déterminent le fédéral, comme le voudrait le premier.

La rumeur a couru d'un MR entrant seul dans une majorité fédérale. Elle n'a aucun fondement, a-t-on répondu chez les libéraux qui se plaisent à répéter que le PS et le cdH ont décidé d'"anesthésier" la formation d'un gouvernement fédéral.

Il reste le problème bruxellois. Alors qu'une coalition se dessinait dans le groupe flamand, associant Open Vld, CD&V et sp.a, les deux premiers ont exprimé leur réticence à négocier la mise en place d'une majorité avec les FDF.

Nos partenaires