Burn-out des fonctionnaires: les syndicats sceptiques quant aux idées du ministre Vandeput

12/07/16 à 15:07 - Mise à jour à 15:07

Source: Belga

Le ministre de la Fonction publique Steven Vandeput (N-VA) a élaboré un plan pour lutter contre le burn-out des fonctionnaires. Ces derniers pourront davantage travailler depuis la maison ou depuis des bureaux satellites à proximité, ou encore organiser leur temps de travail voire même travailler de manière temporaire dans le secteur privé, lisait-on ainsi mardi dans Het Laatste Nieuws. Contactés par l'agence Belga, les syndicats réagissent de façon plutôt tiède à ces propositions.

Burn-out des fonctionnaires: les syndicats sceptiques quant aux idées du ministre Vandeput

Steven Vandeput. © Belga

Michel Meyer, président fédéral de la CGSP, souligne que le télétravail, notamment, est déjà mentionné dans le programme du gouvernement. "Quant aux bureaux satellites, cela va à l'encontre de ce que font les collègues du ministre puisque la tendance est plutôt à la recentralisation des administrations. Et pour ce qui est de la possibilité d'aller temporairement travailler dans le privé, je ne vois pas bien comment cela pourrait soulager des personnes en burn-out. Enfin, se passer des pointeuses me paraît difficile compte tenu de la mission de service au public et au vu de l'organisation du travail. Cela mettrait à mal l'efficacité."

A la CSC services publics, on se demande s'il ne s'agit pas là de "fausses bonnes idées". "Il existe déjà une réglementation précise concernant les mesures à prendre pour prévenir le burn-out. Nous ne pouvons que lui conseiller de donner les moyens suffisants à son administration pour les appliquer", note la CSC, qui rappelle également qu'"il existe déjà des mesures qui permettent de télétravailler, ne plus pointer ou encore adapter ses horaires de travail pour faciliter la conciliation travail/vie privée, le tout sur base volontaire".

Le syndicat chrétien doute aussi "fortement que le fait d'ouvrir la possibilité aux fonctionnaires de travailler dans le secteur privé puisse leur permettre d'échapper au burn-out". Enfin, la CSC demande "une analyse complète des causes à l'origine du burn-out qui permettrait au ministre, à l'examen des résultats de celles-ci, de prendre des mesures adéquates et pertinentes".

Nos partenaires