Burkina Faso: des milliers d'ados soumises à des mariages forcés et précoces

26/04/16 à 02:39 - Mise à jour à 02:39

Source: Belga

(Belga) Au Burkina Faso, les mariages précoces et forcés volent leur enfance à des milliers de filles dont certaines n'ont pas plus de 13 ans, indique mardi un rapport d'Amnesty International. En outre, souligne Amnesty, le coût de la contraception et d'autres obstacles les empêchent de choisir si et quand elles souhaitent avoir des enfants.

Burkina Faso: des milliers d'ados soumises à des mariages forcés et précoces

Burkina Faso: des milliers d'ados soumises à des mariages forcés et précoces © BELGA

"Une fois mariées, elles sont censées avoir des enfants le plus tôt possible", souligne Alioune Tine, directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale à Amnesty International. "Les grossesses précoces augmentent fortement le risque de mortalité ou de lésions qui changent le cours d'une vie. Très peu ont la chance d'aller à l'école ou de terminer leurs études". En principe, une jeune fille doit être âgée d'au moins 17 ans pour pouvoir se marier au Burkina Faso, et pourtant plus de la moitié (51,3%) des filles âgées de 15 à 17 ans dans la région du Sahel (nord du pays) sont déjà mariées, selon Amnesty qui a parlé avec 379 femmes et filles en 2014 et 2015 et s'est entretenu avec 35 victimes de mariage précoce et forcé. Presque toutes les victimes interviewées ont dit avoir été insultées ou agressées physiquement lorsqu'elles ont soulevé la question de la contraception avec leur conjoint. Selon les chiffres officiels, moins de 16% des femmes ont recours à une méthode moderne de contraception et près de 30% des filles de 15 à 19 ans en milieu rural sont enceintes ou ont déjà eu leur premier enfant. (Belga)

Nos partenaires