Bulgarie: la crise russo-turque coûte son poste au chef du parti des mulsulmans

24/12/15 à 19:25 - Mise à jour à 19:25

Source: Belga

(Belga) Le parti des musulmans bulgares (MDL), parti de la minorité turque et partenaire incontournable dans la formation des gouvernements en Bulgarie, a limogé jeudi son président, lui reprochant une position proturque dans la crise diplomatique entre Moscou et Ankara.

"Tel sera le sort de tous ceux qui se dressent contre les intérêts nationaux", a déclaré, cité par une porte-parole, Ahmed Dogan, fondateur et dirigeant historique du Mouvement pour les droits et libertés (MDL), afin d'expliquer le départ de Lutvi Mestan, à la tête de ce parti depuis janvier 2013. M. Mestan a été limogé en son absence par le Conseil exécutif du parti convoqué par M. Dogan. Il a également été exclu du MDL. Une présidence provisoire du parti comprenant trois personnes a été constituée. Environ 13% de la population vote pour le MDL, dont les Bulgares d'origine turque, les Pomaks (Bulgares convertis à l'islam sous l'empire ottoman) et une partie des Roms. Ses 36 députés soutiennent occasionnellement le gouvernement conservateur minoritaire du Premier ministre Boïko Borissov. Selon le politologue Evgueni Daynov, M. Dogan cherche à maintenir "le caractère kémaliste proeuropéen" du MDL, alors que M. Mestan tentait de rapprocher ce parti du gouvernement islamo-conservateur turc. Dans un discours mardi, Ahmed Dogan avait qualifié d'"erreur" des déclarations de Lutvi Mestan soutenant la Turquie après qu'elle a abattu le 24 novembre un avion des forces aériennes russes au-dessus de la frontière syrienne. M. Mestan a assuré jeudi qu'il avait défendu "une position atlantiste et pas proturque". Ahmed Dogan a quant à lui insisté sur le respect des équilibres: "dans la région, tant la Russie que la Turquie cherchent à se positionner, ce qui risque de provoquer des crises dans les Balkans et en Europe". Il a rappelé que l'opinion publique en Bulgarie était réservée à l'égard de la Turquie, faisant allusion au souvenir de la domination ottomane sur ce pays du XIVe au XIXe siècles à laquelle la Russie mit fin à l'issue d'une guerre en 1877-78. (Belga)

Nos partenaires