Budget wallon : l'opposition dénonce des mesures d'"austérité"

23/11/14 à 16:30 - Mise à jour à 16:30

Source: Belga

Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS), a défendu dimanche face à l'opposition et à la FGTB wallonne les mesures prises dans la confection du budget 2015 - en déficit de 450 millions d'euros, limité essentiellement grâce à des reports d'investissements et des réductions de dépenses publiques. M. Lacroix a expliqué que le plan Marshal, le Forem et d'autres institutions sont immunisés de toute économie.

Budget wallon : l'opposition dénonce des mesures d'"austérité"

Christophe Lacroix. © Belga

"Nous devons aller vite car nous sommes à la limite du déficit de 3% autorisé pour le PIB d'un Etat européen et nous devons être loyal avec le fédéral", a-t-il affirmé lors de l'émission 'Mise au Point' de la RTBF-télévision. "Mais 40% des mesures prises ne concernent pas le citoyen", a assuré M. Lacroix.

Le ministre a préféré - comme tous les membres de la coalition au pouvoir à Namur - utiliser le qualificatif de "rigueur", alors que les chefs de groupe MR et Ecolo au Parlement wallon, Pierre-Yves Jeholet et Stéphane Hazée, parlaient d'"austérité". "Le gel des investissements, la taxation, la suppression d'aides aux entreprises, les titres-services.

Tout cela montre le manque de vision du gouvernement wallon depuis les transferts des moyens financiers du fédéral vers les régions alors que la Wallonie a maintenant les leviers pour agir", a affirmé M. Jeholet. Il a aussi accusé la Région wallonne, "dont les chiffres ne sont pas bons", de rejeter ses propres fautes sur l'Europe et le fédéral. M. Hazée, lui aussi dans l'opposition, a quant à lui dénoncé certains choix opérés par le gouvernement de Paul Magnette (PS).

"Les personnes aux revenus élevés ne sont pas attaquées par le gouvernement wallon qui choisit un rythme accéléré pour saigner certains secteurs. Le gouvernement mise sur la possibilité de jouer à Saint-Nicolas dans quelques années lorsqu'on aura oublié ce qui est fait maintenant", a-t-il dit.

En savoir plus sur:

Nos partenaires