Budget : les ministres réunis pour un contrôle mais les libéraux veulent plus

17/03/13 à 18:30 - Mise à jour à 18:30

Source: Le Vif

Les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont retrouvés dimanche vers 12h30 au Lambermont pour poursuivre leurs travaux budgétaires. La question n'a pas manqué d'être évoquée au cours des débats télévisés.

Budget : les ministres réunis pour un contrôle mais les libéraux veulent plus

© image globe

Sur le plateau de VTM, la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a demandé que l'exercice ne se résume pas à un contrôle budgétaire habituel. Elle a plaidé en faveur de nouvelles réformes, comme l'augmentation de l'âge de la retraite ou la diminution des charges sur le travail.

La présidente des libéraux flamands a reçu le soutien du commissaire européen Karel De Gucht, issu lui aussi de l'Open Vld. Il a appelé la Belgique à prendre des mesures structurelles pour résorber son déficit et à ne pas reporter son effort.

"Si nous ne le faisons pas maintenant, il n'y aura pas de raison de le faire plus tard. Et nous devons prendre des mesures structurelles parce que, sinon, à l'arrivée, nous aurons des problèmes dans notre ménage, avec le coût du vieillissement de la population qui nous tombera dessus".

Les ministres ont de leur côté poursuivi l'analyse du rapport de comité de monitoring, remis le 7 mars. Pas moins de 2,8 milliards d'euros seraient nécessaires pour maintenir le budget 2013 dans la trajectoire convenue avec les instances européennes, soit un déficit de 2,15 pc du PIB. Mardi, des corrections techniques ont permis de réduire cette somme de 338 millions d'euros. Des groupes de travail ont continué et continueront encore dans les jours qui viennent à se pencher sur différents postes budgétaires, dont les dépenses primaires, la sécurité sociale et les recettes fiscales.

L'une des pistes également mises en avant pour faire des économies est celle des compétences dites usurpées, c'est-à-dire les compétences relevant des entités fédérées mais financées par le fédéral. Mercredi, les vice-premiers ministres Laurette Onkelinx (PS) et Didier Reynders (MR) ont souligné que des négociations devaient s'ouvrir sur ce point.

Le fédéral espère de la sorte alléger son effort de quelque 300 millions d'euros. Du côté des entités fédérées, certains ne l'entendent toutefois pas de cette oreille. Le ministre wallon et communautaire du Budget, André Antoine (cdH), a fait savoir depuis longtemps qu'il tenait à la disposition du fédéral une liste de créances "certaines" de près de 200 millions d'euros.

Le ministre Jean-Marc Nollet (Ecolo), dont le parti siège dans l'opposition à la Chambre et au Sénat, a mis en garde le fédéral contre la tentation d'aller chercher de l'argent dans la poche des entités fédérées.

"Ne prenez pas les Régions et les Communautés pour des Bancontact", a-t-il lancé sur RTL-TVi.

Des groupes techniques lundi et mardi avant une nouvelle réunion mercredi

Les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont quittés dimanche vers 18h30. Ils se reverront mercredi à 10h30 pour reprendre les travaux budgétaires. D'ici là, des groupes de travail se réuniront pour réexaminer différentes pistes budgétaires déjà analysées en octobre et novembre dernier et étudier les nouvelles pistes proposées par les six vice-premiers ministres. Le premier ministre Elio Di Rupo rencontrera en outre lundi le premier ministre palestinien et assistera mardi, en compagnie du ministre de la Défense, Pieter De Crem, et du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à la messe d'installation du pape François dans la basilique Saint-Pierre à Rome.

En savoir plus sur:

Nos partenaires