Eddy Eerdekens
Opinion

01/07/13 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Budget : les gagnants et les perdants

Chaque accord a ses gagnants et ses perdants. Ce budget ne fait pas exception à la règle.

Budget : les gagnants et les perdants

© Image Globe

Moins d'un an avant les élections, les négociations ont été particulièrement poussives. Alors qu'un accord semblait à portée de main, le président de l'Open VLD Alexander De Croo a rué dans les brancards en s'opposant à l'augmentation des accises pour le diesel, une mesure qui touchait aussi bien le consommateur que le pays selon son parti. Si De Croo a marqué un point, il a dû lâcher du lest dans d'autre domaine. Qui perd gagne. Petit topo de la situation.

Les libéraux

Alexander De Croo a maintenu le suspense jusqu'au bout en arguant qu'il y avait trop de taxes et pas assez de mesures d'économie.

Gain

Ils ont réussi à bloquer l'augmentation des accises sur le diesel. Ce point tenait pourtant fort à coeur aux socialistes. Mais ce sont les libéraux qui ont remporté ce bras de fer. Ils ont aussi engrangé davantage de mesures d'économie dans les ministères et la sécurité sociale. Ils ont négocié que la balance entre économie et nouveaux impôts soit plus conformes à leur position. Effectivement, plus d'un tiers de l'argent provient de mesures d'économie, soit 259 millions.

Perte
Ils ont dû accepter que les avocats soient désormais assujettis à une TVA et que l'on augmente les accises sur l'alcool et les cigarettes

Les socialistes

Gain
La TVA pour les avocats est donc une victoire pour les socialistes. C'est aussi le cas pour l'impôt minimum sur les grandes entreprises qui dégagent des dividendes et qui jusqu'ici ne payaient pas d'impôt. Le tiers de ces nouvelles recettes permettra de soutenir les PME qui engagent, pour un montant de 50 millions d'euros, à partir du 1er janvier. Une contrepartie qui aura fait passer la pilule du côté des libéraux.

Perte

Les intercommunales seront taxées sur leurs activités commerciales.

Les chrétiens-démocrates

Gain
Les allocations familiales sont maintenues en l'état malgré de grosses pressions. La diminution du coût du travail dans les PME était aussi un cheval de bataille des démocrates.

Perte

La prime de rentrée scolaire sera réduite, de 15 % en 2013 et encore 15 % en 2014 et des mesures d'économie au ministère de la Défense pour 104 millions d'euros en 2013.

EE

Nos partenaires