Budget : le retour des crispations

07/04/16 à 21:27 - Mise à jour à 08/04/16 à 08:02

Source: Belga

Le climat était à l'optimisme jeudi après-midi à Val Duchesse mais les crispations sont revenues après deux heures de discussion plénière sur le contrôle budgétaire. Le Premier ministre Charles Michel a dû se résoudre à organiser de nouvelles réunions bilatérales. Les négociations reprendront ce vendredi.

Budget : le retour des crispations

Charles Michel © BELGA

Entre partenaires, on parle même de sabotage. Les principaux ministres du gouvernement se trouvaient toujours à Val Duchesse jeudi soir. Mais il n'est plus question à ce stade de réunion plénière.

"Quelqu'un a saboté le train d'atterrissage", commente-t-on dans un cabinet ministériel en n'hésitant pas à pointer du doigt le CD&V et son vice-Premier ministre Kris Peeters. Ailleurs, on est moins catégorique mais on admet que les discussions sont "difficiles". Pour autant, "rien de dramatique", précisait-on.

"La situation est bien bloquée", indiquait-on jeudi soir.

Les négociations sur le contrôle budgétaire reprendront ce vendredi. Les principaux ministres du gouvernement fédéral étaient réunis dans la nuit à Val Duchesse jusque peu avant 1 heure vendredi matin.

Jeudi, il restait quelques centaines de millions d'euros à trouver pour ramener le budget 2016 dans les clous, l'équipe gouvernementale tentant également de s'accorder sur un certain nombre de réformes structurelles, en matière d'emploi notamment.

Plus tôt dans la journée, un vent d'optimisme avait soufflé sur les négociations. Le vice-Premier ministre MR Didier Reynders avait indiqué qu'il ne restait plus que quelques centaines de millions d'euros à trouver, tout en rappelant que ce dernier stade était généralement le plus difficile.

M. Reynders avait ajouté avoir mis sur la table un certain nombre de demandes visant à venir en soutien aux secteurs économiques touchés par les attentats de Bruxelles et la mise en place des mesures de sécurité qui ont suivi. Il avait également évoqué la situation du transport.

Kris Peeters de son côté a défendu des propositions visant à flexibiliser l'organisation du travail et le temps de travail. Celles-ci ont essuyé une volée de critiques sur les bancs syndicaux

En savoir plus sur:

Nos partenaires