Budget : la satisfaction des négociateurs

26/11/11 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

Source: Le Vif

Les négociateurs sont satisfaits du budget puisque ce dernier se démarque en soutenant la croissance et devrait convaincre sans problèmes les marchés financiers

Budget : la satisfaction des négociateurs

© Belga

Il faudra cependant attendre de voir comment les taux se comportent. Les autres négociateurs se sont également montrés contents de cet "accord équilibré".

Le président de l'Open-Vld Alexander De Croo est convaincu que l'accord sur le budget et les réformes socio-économiques "réussira brillamment le test européen". Il estime également qu'"il
convaincra aussi les marchés financiers", a-t-il déclaré à la
sortie des négociations. L'Open-Vld appelait particulièrement, ces derniers jours, à des réformes en profondeur. Mais finalement, tout le monde a fait les efforts nécessaires, a indiqué le président du sp.a Bruno Tobback. Celui-ci se dit content notamment de la mise en oeuvre d'un impôt sur la fortune. Mais "tout le monde devra faire des économies ces prochaines années", a-t-il reconnu. "La question était de savoir si l'effort était réparti équitablement", selon le socialiste.

Le président du CD&V, Wouter Beke, abondait dans le même sens. Il a parlé de "budget crédible" et a souligné que les nouvelles recettes "sont maintenues au minimum" dans l'accord. Il a encore rappelé les efforts fournis. "On n'avait encore jamais dû trouver 11,3 milliards d'euros" avec des partis dont les points de vue sont si différents, a-t-il conclu.

Un budget qui se démarque en soutenant la croissance A la différence de qui s'est passé dans d'autres pays européens, les partis belges ont pu accoucher d'un accord sur le budget qui soutient la croissance et protège les salaires, a expliqué samedi la vice-première ministre PS Laurette Onkelinx à l'issue de la négociation.

"Par rapport aux autres pays européens, nous soutenons la croissance, nous protégeons l'index et les salaires, les revenus des pensionnés, la consommation en ne touchant pas à la TVA", a-t-elle souligné. Selon la négociatrice socialiste, après la hausse du taux des obligations belges et la dégradation de la notation financière du pays, les négociateurs ont pu répondre aux inquiétudes qui se sont exprimées. "Aujourd'hui, nous avons pu répondre aux inquiétudes en répondant au Pacte de stabilité européen. Le déficit budgétaire se situera en-dessous de 3 pc, c'est-à-dire en dessous des autres pays européens", a-t-elle fait remarquer.

Cet accord sur le budget est le fruit d'un consensus qu'il a fallu trouver entre six partis. La dernière phase de négociations s'est caractérisée par une grande tension entre le PS et l'Open Vld. "C'est un budget de compromis. On a essayé d'avoir un budget en satisfaisant les uns et les autres mais il n'y aurait pas eu d'accord si tout le monde n'avait pas mis de l'eau dans son vin", a-t-elle ajouté.

Mme Onkelinx a rappelé qu'il s'agissait du budget le plus difficile à boucler depuis la Seconde Guerre mondiale. "Des efforts importants vont être demandés. Mais c'est un budget juste qui fait également contribuer davantage ceux qui ont le plus de moyens". La FGTB s'est manifestée à plusieurs reprises pour mettre en garde le PS contre le reniement de ses engagements.

"Face à un budget aussi difficile, il est normal qu'il y ait des critiques. Je comprends que des inquiétudes s'expriment sur le terrain mais c'était une condition sine qua non pour sauver la sécurité sociale et le modèle social belge. Je suis prête à l'expliquer à qui veut".

"Il y a un accord et c'est un grand moment de soulagement "

L'accord intervenu samedi sur les budgets 2012, 2013 et 2014 resserre les dépenses de l'Etat et engage de profondes réformes pour soutenir le développement de l'économie belge, a affirmé le président du MR, Charles Michel, à l'issue de la réunion.

"Il y a un accord et c'est un grand moment de soulagement. Après une très grande réforme de l'Etat, c'est une étape-clé qui vient d'être franchie. Ce n'est pas un budget banal mais trois budgets qui ont été validés sur le plan politique, c'est un budget dans lequel on a dû trouver onze milliards en resserrant les dépenses de l'Etat, qui soutient l'activité économique, qui protège les classes moyennes, les personnes qui travaillent, les petits épargnants", a-t-il expliqué.

Selon M. Michel, dégradation de la note financière de la Belgique ou pas, les négociateurs des six partis savaient bien qu'ils ne pouvaient plus reculer et qu'ils devaient aboutir à un accord. "Indépendamment de cette pression extérieure, nous avions tous conscience depuis de nombreux jours qu'il fallait atterrir mais la difficulté était très grande parce que les positions politiques au départ étaient très différentes, et aussi parce que l'exercice était exceptionnel par son ampleur".

L'intérêt général l'a emporté

L'intérêt général l'a emporté, s'est réjoui samedi le président du cdH, Benoît Lutgen, à l'issue de la négociation budgétaire marathon. "Il s'agit d'un budget juste, sérieux et crédible", ont souligné les centristes dans un communiqué.

"Chacun a fait des pas vers l'autre. Le cdH y a contribué, pour faire en sorte de rapprocher les points de vue et avoir un projet qui dépasse les intérêts particuliers pour que chaque Belge puisse trouver le chemin de la prospérité dans cette situation qui est difficile sur le plan budgétaire, tourmentée, sans doute périlleuse", a-t-il déclaré.

Le cdH met en avant une série de mesures, comme le relèvement de la quotité exonérée d'impôt, la non-augmentation des titres-services en 2012 et le maintien de leur déductibilité, la réduction de cotisations sociales pour les PME, etc.

Ce budget favorisera aussi le retour à l'équilibre en 2015 et évitera la spirale de l'endettement, ont fait remarquer les centristes. "Ne pas s'endetter, c'est ne pas reporter la dette sur nos enfants et nos petits-enfants. Cette spirale de la dette, il faut absolument pouvoir l'arrêter, quels que soient les avis des uns et des autres", a ajouté M. Lutgen.

Il reste des étapes après la conclusion de cet accord pour former un gouvernement et mettre en oeuvre les mesures décidées, a-t-il rappelé. Le cdH souhaite qu'elles soient franchies dans les plus brefs délais.

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires