Budget : Elio Di Rupo poursuit les contacts bilatéraux

16/11/12 à 07:12 - Mise à jour à 07:12

Source: Le Vif

La réunion du Comité ministériel restreint prévu pour ce jeudi soir a été annulée. Le Premier ministre Elio Di Rupo a poursuivi dans la soirée les contacts bilatéraux avec les vice-premiers ministres.

Budget : Elio Di Rupo poursuit les contacts bilatéraux

© Image Globe

Le gouvernement cherche toujours à boucler son budget 2013 et voudrait dégager des moyens pour un plan de relance. Ces moyens pourraient provenir de mesures nouvelles comme un saut d'index dans lequel les plus bas revenus pourraient être préservés ou une augmentation de la TVA sauf sur les produits de première nécessité. Cette augmentation pourrait aussi être neutralisée dans l'index. Le PS a également mis sur la table une proposition de cotisation spéciale de crise.

Aucune de ces formules ne recueille un consensus et au fil des jours les antagonismes se sont cristallisés entre le PS et l'Open Vld. Le blocage a persisté même après consultation du Bureau du plan sur les différents scénarios possibles.

Après avoir constaté mercredi soir que la situation ne se débloquait pas, le Premier ministre a décidé de recourir une nouvelle fois à la technique du confessionnal et d'avoir des entretiens bilatéraux avec les vice-premier ministres.

Des contacts bilatéraux ont déjà eu lieu dans la journée mais en raison de la fête du roi, le Premier ministre et les ministres ont aussi été mobilisés pour le Te Deum et la séance d'hommage au parlement. Les contacts se sont poursuivis dans la soirée. Outre les contacts bilatéraux, il y aurait également eu des contacts entre partis. A ce stade on n'a toujours pas tranché sur la méthode qu'on utilisera pour dégager des moyens pour un plan de relance.

La Commission européenne a pourtant sorti une épine du pied du gouvernement en estimant la croissance l'année prochaine pour la Belgique à 0,7% ce qui permet de retourner à l'épure de départ du Comité de monitoring qui estimait les économies à faire à 3,4 milliards d'euros pour maintenir le budget 2013 avec un déficit de 2,15%.

Si aucun accord ne se dégage sur la façon d'obtenir de nouvelles recettes, le gouvernement peut évidemment renoncer à un plan de relance mais tous les partenaires affirment vouloir un tel plan. Il reste la possibilité au gouvernement de faire des économies supplémentaires dans les dépenses. Certains partenaires amènent alors des propositions pour économiser dans les soins de santé et la sécurité sociale, ce qui ne plaît pas aux autres.

Le vice-premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte a lancé l'idée d'un durcissement de la loi de 1996 sur la compétitivité en modifiant la règle de fixation de la norme salariale. Celle-ci est actuellement fixée en fonction de prévisions de l'évolution des salaires dans les trois pays voisins (Allemagne, Pays-Bas et France). Les socialistes flamands proposent de la fixer dorénavant en tenant compte de l'évolution des salaires dans ces pays au cours des années précédentes. Cette proposition en laisse plus d'un sceptique.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires